Mois janvier 2004

01 Jan

Commentaires fermés sur Retour sur le premier échec de la théologie de la rupture

Retour sur le premier échec de la théologie de la rupture

par

Monsieur Villepin se rêvait Churchillien. Il se fit Thiers pour gagner une primaire en lui empruntant le fameux : « l’Etat a le devoir de frapper la jeunesse à son effigie ». Ce fut le CPE. Et il se réveilla en « Monsieur Précarité ». Les semaines que nous venons de vivre ne sont pas seulement la descente aux enfers d’un présidentiable ou la chronique d’un Premier ministre malhabile. Le pays a révélé ses résolutions, ses peurs, ses passions et ses hésitations.

Résumons les évènements pour en tirer quelques leçons.
Le 16 janvier, sans crier gare, revenant sur son engagement de faire une évaluation du CNE avant d’aller plus loin, Dominique de Villepin présente le CPE pour faire sortir les jeunes de la « trappe à précarité ». Nicolas Sarkozy voit rouge, il réclame la paternité. « La rupture c’est moi » martèle t-il. Le 20 janvier, les sondages indiquent qu’une majorité de Français et de jeunes sont favorables au CPE, au prétexte que ceci est « mieux que rien ». Villepin rayonne, Sarkozy plastronne. Le 7 février, première journée nationale de manifestation unitaire intersyndicale et union des gauches et des écologistes. Elle est reçue avec un haussement d’épaule mais la police est contrainte de comptabiliser 222 000 manifestants. Le 8 février, c’est le sommet de la gauche. Ce dernier adopte une adresse unitaire qui condamne le CPE. Lire la suite…

catégorie Ecrits, Expressions