Mois avril 2004

27 Avr

Commentaires fermés sur Interview dans le Figaro

Interview dans le Figaro

par

Le FIGARO. – Pourquoi la gauche peine-t-elle à s’unir dans la perspective de 2007
Jean-Christophe CAMBADELIS. – C’est la rançon de la présidentielle : dans notre système, si vous n’êtes pas représenté à cette élection, vous n’existez pas dans l’espace public. Il est donc nécessaire de distinguer les projets que portent les formations politiques à cette occasion, lors de la présidentielle, qui visent à proposer un chemin à la France, et le programme unitaire qui doit permettre de gérer le pays.

En recherchant un accord avec des partenaires plus radicaux que lui, le PS ne risque-t-il pas d’affaiblir sa propre ligne?
Chaque formation doit rester elle-même. Nous ne demandons pas le programme unique de la gauche qui induirait une formation unique. Nous préconisons un programme commun qui implique des compromis à partir de positions identifiées. Nous avons constaté en 2002 comment l’idée d’imposer à son voisin la totalité de son programme a produit la division, l’émiettement et la défaite. Aujourd’hui la gauche doit mesurer l’enjeu. Il ne s’agit pas simplement d’une alternance mais de l’alternative au bushisme à la française que veut incarner et imposer Nicolas Sarkozy. Il faut faire preuve de responsabilité, d’audace et aussi de réalisme. Lire la suite…

catégorie Expressions, Interviews

10 Avr

Commentaires fermés sur Le piège du référendum européen

Le piège du référendum européen

par

(Tribune paru dans Libération en avril 2004)

Droite-gauche… Gauche-droite…. De tous les points de l’échiquier une invraisemblable union nationale monte pour le référendum. L’argument a l’air de bon sens, et il se drape dans la démocratie. Nul ne saurait se dérober à la nécessité de consulter le peuple, cela va de soit. Pourtant, la tournure du débat sur la ratification du traité constitutionnel européen est en train de prendre une dimension pour le moins surréaliste. Chacun joue à la roulette russe en ayant pris soin de charger la totalité du barillet.

Certes, depuis le revirement brutal de Tony Blair sur la question, trois pays – outre le Royaume-Uni – ont fait le choix du référendum. Il s’agit de l’Irlande et du Danemark, où la Constitution nationale oblige à soumettre au peuple tout nouveau traité européen et du Luxembourg qui organisera son premier scrutin de ce type depuis 1936.

En France, un étrange urticaire référendaire démange la société politique alors que cette dernière a constitutionnellement le choix des armes. Les tenants de droite à l’opposition au projet de traité Le Pen-Pasqua-de Villiers auxquels il faut ajouter le séguiniste Dupont-Aignan exigent un référendum au nom de la « souveraineté populaire ». Le Parti communiste, les extrêmes gauches, Jean-Pierre Chevènement, veulent aussi un référendum pour dire non à l’Europe libérale que le traité codifierait. Lire la suite…

catégorie Ecrits, Expressions