Mois octobre 2004

14 Oct

Commentaires fermés sur Plaider oui ! Penser long !

Plaider oui ! Penser long !

par

Discours prononcé par Jean-Christophe Cambadélis devant « l’assemblée pour le oui au traité de Bruxelles du Calvados », le jeudi 14/10/2004.

Préambule

Mais de quoi s’agit-il ? Nous demande-t-on, devant l’emballement médiatico-politique qui fait du Parti socialiste une formation secouée par un âpre et, parfois, confus débat.
Il s’agit d’un « oui » ou d’un « non » à un texte qui s’intitule « traité constitutionnel » et n’est pas une Constitution. Enfin pas de celle sur lesquels les peuples d’Europe assemblés ont l’habitude de délibérer. Celle des Constituantes qui sentent l’embrasement de l’Histoire. Il ne s’agit pas non plus d’un traité comme la France en signe avec les îles Féroé plus connues d’ailleurs pour leur résistance footballistique aux Bleus que pour leurs traités. Non ! Il s’agit simplement d’un cadre constituant pour une Europe pas encore politique.
On se souvient de l’apostrophe de l’Abbé Sieyès, père de la Constitution de 1789. Alors qu’on lui demandait quelle était la principale qualité de la Constitution, il répondait « qu’il y eu Constitution ». C’est un peu de cela dont il s’agit aujourd’hui. Ce qui est décisif, c’est que le traité soit constituant de la volonté de dépasser le marché par un socle politique de valeurs communes. Après le traité de Nice, suite à l’intervention remarquée pour une Constitution européenne de Jöschka Fischer, au lendemain de la division de l’Europe sur l’Irak, une définition politique dans le mouvement même de l’élargissement se trouvait posée. La forme de la délibération, originale avec son aspect « conventionnel », indiquait que l’on voulait dépasser l’intergouvernemental pour toucher les peuples européens. Ces derniers issus de diverses nations se trouvaient donc « représentés » par des « mandataires » plus « politiques » que nationaux. Si l’élaboration du texte de la Convention fut donc en partie extranationale, elle n’échappa pas, bien sûr, à la diplomatie nationale. La preuve en est qu’elle fut prise en charge et négociée par la Commission intergouvernementale pour être approuvée. Lire la suite…

catégorie Discours, Expressions