Pourquoi la synthèse ?

par · 21 novembre 2005

Au Congrès du Mans, le Parti socialiste a délivré un message simple : les socialistes sont désormais tous rassemblés pour bâtir ensemble le projet pour la France. La synthèse n’allait pas forcément de soi, elle était pourtant à la fois utile et nécessaire. Utile d’abord au pays, face à une droite qui échoue, les Français voulaient une gauche qui se rassemble pour crédibiliser un nouveau chemin à la France.

Utile au Parti, qui devait, une fois son orientation clarifiée, se rassembler pour étendre la cohérence à tout le parti.

Cette orientation nécessitait pour nous doigté et clarté. Nous ne souhaitions ni l’humiliation, ni la dilution.

Tout au long des trois jours du Congrès, les délégués ont été informés de l’avancement des débats. Les négociations se sont tenues sur un mandat clair fixé par les délégués. Nous voulions la cohérence, elle est au rendez-vous.

La cohérence, parce que le vote des militants doit toujours être respecté. Si le devoir de la majorité était de porter l’esprit d’ouverture, comme nous nous y étions engagés, la ligne fixée par les militants ne pouvait en aucun cas être reniée ou amoindrie. Aucun des amendements acceptés n’entre en contradiction avec notre texte, ni n’en change l’orientation ou le sens.

La synthèse est une dynamique car : nous devons travailler tous ensemble pour gagner en 2007. Elle était donc nécessaire pour la Gauche, pour les Français et pour notre projet.

Les réactions des Verts, du PRG et du PCF en sont la preuve – qui a besoin d’un pôle de stabilité : un PS divisé, c’est une gauche émiettée. Le rassemblement du Parti sur une ligne claire permet d’entamer le travail avec nos partenaires à gauche pour parvenir à un contrat de gouvernement et à un accord électoral.

La synthèse produit de la confiance. Les Français se seraient désespérés de trouver une gauche en crise.

La synthèse produit de la convergence. Il aurait été beaucoup plus difficile d’aller jusqu’au bout de la construction d’un grand projet pour le Parti, pour la gauche et pour notre pays si nous étions restés divisés. C’est tout le Parti qui doit travailler aujourd’hui, autour de notre Premier secrétaire François Hollande renforcé par notre Congrès.

Cette synthèse, c’est donc un processus qui commence, c’est une dynamique qui s’enclenche.

Maintenant la synthèse nous engage tous, il faut la faire vivre. Elle réussira dans le temps en reposant sur un pôle majoritaire uni capable d’en faire respecter la cohérence. Ce pôle, c’est la majorité des militants socialistes, c’est la motion 1.

catégorie Ecrits, Expressions