CHARTE POUR LE RENOUVEAU

par · 17 juillet 2008

bloc_note_copieV2.jpgLa France a espéré. Elle s’est mise à douter. Elle est inquiète.

Un pays sans ressort, démobilisé par une politique du « toujours moins ». Un Président de la République « touche à tout » qui déstabilise tout et ne règle rien. Nicolas Sarkozy, après avoir tout promis, beaucoup annoncé, n’a que de piètres résultats.

Un pouvoir d’achat chaque jour plus rabougri. Des prix chaque jour plus élevés. Les difficultés à se loger, à travailler dans la stabilité, une précarité qui galope, une école au seuil de la rupture, une croissance faible, une politique écologiste en trompe-l’œil. Les discriminations s’accentuent, les inégalités s’accroissent, les collectivités locales sont étranglées. Quant à l’insécurité, elle a quitté la Une des journaux mais elle est toujours présente dans les rues. Et puis un Président de la République, satisfait, qui provoque inutilement les grévistes avant de s’attaquer férocement au Code du travail.

Lentement la colère des français monte face à un quotidien de plus en plus difficile et un avenir sans visibilité.

La France se tourne vers la gauche. Les Français voudraient trouver une alternative visible, simple et claire.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que le PS et la gauche peinent à défricher un nouveau chemin.

Empêtrés dans les querelles d’hier, impuissantés par celles de demain, le PS et la gauche ne trouvent pas le ton juste entre préjuger d’hier et renoncement à demain.

Les couches moyennes se paupérisent, les salariés se précarisent, les exclus le sont chaque jour un peu plus, chacun galère comme il peut. La gauche, elle, semble rater le rendez-vous de l’espoir.

Le PS a besoin d’une nouvelle donne, d’un nouveau souffle, de perspectives nouvelles.

Le congrès du principal parti de la gauche, le PS, peut être une chance mais on sombre pour l’instant dans la fragmentation : 21 contributions générales, ce n’est pas le meilleur signe de bonne santé. Le PS consume son énergie dans un jeu de « Rubiscub » improbable pour des lendemains incertains. Il est urgent de travailler à la recomposition du PS. Il est nécessaire de bâtir une nouvelle majorité pour imposer le renouveau.

Le PS ne peut s’embarrasser de faux débats. Parti de gouvernement, il sait que l’on ne peut distribuer que si l’on produit. Il sait ainsi que la dette est l’ennemie de la redistribution. Il est unanime pour travailler à l’égalité réelle. Il est unanime pour le développement durable. Il a, dans la mondialisation, obligatoirement l’Europe comme cœur de son projet.

Mais la vraie question qui doit requérir son imagination est la nouvelle question sociale. Les vrais défis sont ceux de la nouvelle phase de la mondialisation : la crise financière, la crise énergétique, la crise alimentaire.

La gauche ne peut reconstruire son dessein que si elle mobilise son énergie sur les réponses à ces questions. Le PS n’est pas un parti comme les autres. Son but n’est pas le pouvoir présidentiel pour le pouvoir mais la domestication écologique et sociale de l’économie de marché.

Le but du congrès ne peut être donc la désignation du candidat à l’élection présidentielle, ni la reconduction des mêmes équipes. Il faut changer ! Il faut muter !

A problèmes nouveaux, majorité nouvelle mais aussi modes de travail renouvelés.

Le PS a besoin d’une grande mutation pour bâtir l’alternative et réunir les gauches. Il ne peut en rester à l’immobilisme délétère et à la présidentialisation mortifère.

Pour cela il faut bâtir une nouvelle majorité du PS autour d’idées simples :

Face à la présidentialisation :
> Des primaires organisées par le PS.

Face à l’immobilisme :
> Des réponses claires aux Français, tranchées par les adhérents en conventions thématiques.
> La préparation du nouveau programme commun de la gauche.
> La perspective du parti de toute la gauche.

Face à la reconduction des mêmes équipes :
> Une nouvelle gouvernance du PS rajeunie et solidaire, ramassée.
> Un leadership de travail : travailler les réponses, travailler avec les acteurs sociaux, travailler avec nos partenaires.
> Une nouvelle animation nationale du parti : retour des responsables au militantisme de terrain, meetings, réunions, débats, campagnes nationales.
> Un nouveau parlement du parti, votant sur le rapport d’activités, le rapport financier et l’orientation. Un nouveau parlement qui ait la maîtrise, le contrôle et l’impulsion de la vie collective des socialistes.

catégorie Ecrits, Parti Socialiste

Les commentaires35 Commentaires

  1. topaz dit :

    Les économistes brillants se révèlent, et se reconnaissent, en situation de crise, et pas lorsque tout va bien. Ce n’est pas DSK, mais le Directeur du FMI, qui déclare « la réponse à la crise financière que veut donner N. Sarkozy est juste, et c’est celle que je soutiens ». Espérons qu’il nous sera épargné, dans la presse de ces prochains jours, les réactions malveillantes et politiciennes de caniveau, car ce sont tous les Français qui sont à l’écoute.

  2. topaz dit :

    Décidément la vie politique n’est pas un long fleuve tranquille. Peut-être verrons-nous demain la ligne claire se clarifier et l’ordre juste tenter de se justifier dans un « gentleman agreement » négocié entre Moscovici-qui n’entend faire l’appoint de quiconque, mais qui seul ne peut rien- et Ségolène qui ont, tous deux en commun, une soif effrénée de pouvoir, capable de balayer sur son passage l’avenir et le devenir de leur propre Parti. Ils se soucient peu des militants et trop de leurs propres ambitions respectives.

  3. topaz dit :

    J’espère pour l’avenir du PS que Martine Aubry sera à la hauteur. On nous présente Moscovici en victime de La Rochelle, il nous parle de comportements inélégants et déloyaux … On pourrait s’interroger sur quel fut le sien envers DSK depuis son départ pour le FMI ! Pour s’épanouir, les éléphanteaux du PS ont une curieuse tendance à oublier qui les a initiés, et à s’aventurer, tête baissée, sur une pente dangereuse en voulant prématurément jouer dans la cour des éléphants …

  4. topaz dit :

    A la veille de La Rochelle, on croit rêver, lorsque l’on lit dans la presse, que le prétendant Pierre Moscovici se présente comme le candidat « désintéressé » ! Ce qui est très fun, c’est que chacun veut jouer au plus malin dans son coin, mais que certains, dans ce poker menteur, recherchent ou souhaitent l’appui ou l’aval tacite de DSK. Là aussi, ils rêvent.

  5. topaz dit :

    En cette fin juillet riche en actualité politique, chacun a besoin de se ressourcer. Ce matin Moscovici nous dit que Sarko met l’opposition à l’écart à l’international, notamment dans la visite éclair d’Obama à Paris (il est candidat, pas encore président). Il oublie le voyage inédit de tout le Landernau politique français en juin à Beyrouth. Il critique B. Kouchner, il n’a jamais été aussi populaire, alors que lui est crédité de 4 % au poste tant convoité. Ce soir, JM Ayrault nous parle de « copinage d’état » ! Souhaitons-lui d’être aussi inspiré à La Rochelle et de faire du copinage constructif dans la perspective du Congrès de Reims. Dans l’apaisement ou dans la scission, il est une étape capitale. « Le désordre, les drames dans lesquels les autres nous entraînent ou que nous créons nous-mêmes font partie intégrante de la condition humaine ». Il est urgent que le PS sorte de cette spirale d’égos et valide sa charte pour le renouveau.

  6. topaz dit :

    M. Moscovici, comment pouvez-vous écrire sur ce blog que vous auriez apprécié que Camba, dans sa charte pour le renouveau, vous adresse ses encouragements, alors que cette charte est une ode positive et constructive pour le PS de demain, et que vous passez votre temps, dans vos interventions et apparitions sur plateaux TV, à être négatif et tout critiquer en bloc. Vous êtes dans une opposition systématique et ne proposez rien pour que les choses évoluent dans votre propre Parti. Souvenez-vous ce que disait DSK, alors qu’il était candidat à l’investiture, si je gagne ce combat contre Sarkozy, dans les 6 mois après la présidentielle, il ne sera plus question ou allusion à ce qu’a fait ou pas fait la droite avant nous.

  7. topaz dit :

    Pourquoi avoir donné quitus à F. Hollande quelques mois avant la fin de son mandat sur un sujet aussi sensible et important ? C’est lui faire un grand honneur, il doit jubiler. Personne ne l’aime plus depuis longtemps, et tout le monde le suit, par discipline, à quelques jours de sa sortie. Comment expliquer aux électeurs français de gauche que leurs députés et sénateurs ont agi ainsi par crainte de représailles de leurs militants au Congrès de novembre, comment justifier que cette révision était fondamentalement mauvaise, alors que les radicaux de gauche l’ont votée ?

    Pourtant, contrairement à ce que dit la presse, ce n’est pas un échec pour les socialistes, parce que, malgré eux, la révision a été adoptée, et, heureusement pour eux, car, même s’ils ont, pour certains, des regrets d’avoir suivi une consigne de vote, ils n’ont pas les remords de leur choix, dans l’hypothèse où leur vote unilatéral aurait fait échouer la révision.

    Alors pas de panique, oubliez la jubilation de Sarko, le vote de J. Lang, et passez très vite à l’essentiel. Avec cette victoire sur le fil, le PS bien malgré lui a sauvé son honneur.

  8. topaz dit :

    Suite – Comment un Président de groupe peut-il être sur LCI aussi irrespectueux de l’un de ses membres et dire « il a dû repartir à Mykonos » ? Avec une condescendance et un mépris à peine feints, et de quel droit dévoiler à la télévision le lieu de vacances de J. Lang ?

  9. topaz dit :

    C’est pathétique ces réactions après le vote d’hier. Le Guen et d’autres font un examen de conscience à postériori. Une fois de plus c’est la faute de Hollande qui a donné des consignes, mais tout le monde l’a suivi, sauf un -qui est allé jusqu’au bout de ses convictions- et qui est devenu l’homme à abattre. Pauvre PS.

  10. topaz dit :

    Je n’utiliserais pas le terme « modération » pour définir le Moscovici d’aujourd’hui. Quant à reprendre le flambeau, pour quelqu’un qui fut très proche de DSK … Pour le fun, il a un point commun avec Sarko, il ne boit pas une goutte d’alcool, un autre avec Carla, il n’a pas son permis de conduire. Pour revenir dans le sujet j’espère aussi que le PS réussira à organiser des primaires qui éviteraient les déviances de 2006.

  11. Thierry dit :

    Euh, il faut vraiment méconnaitre le PS et son histoire récente pour expliquer que Camba va ou le vent tourne. Franchement c’est n’importe quoi.

  12. sasha dit :

    topaz
    qu y a t il de décevant dans le fait pour mosco d’avoir repris le flambeau et de le porter avec modération et dignité??

  13. topaz dit :

    Sasha, P. Moscovici est devenu bien décevant depuis le départ de DSK. Alors ne tirez pas sur Camba, il est bien le seul dans ce PS à la dérive à s’efforcer, jour après jour, de le sortir de l’eau, en proposant et en ne se contentant pas de critiquer. Mais il est aussi, hélas, tributaire de son environnement et contraint à composer pour que ce ne soit pas à Reims la foire d’empoigne !

  14. sasha dit :

    thierry
    je decouvre ce blog et mon msg est effacé
    oui, c pas loyal, car contrairement à mosco, il tire ds les pates de ce dernier en minimisant l importance de la motion: on veut nos idees au ps ou pas?
    oui c contre productif, car une division aussi grossière cree forcement des espoirs chez nos adversaires
    oui c peu lisible car on voit bien que camba ira là où ça marche, si c mosco il ira sinon -et on dirait qu il le souhaite-il ira aussi…
    moi ça m evoque une chanson de dutronc

  15. Thierry dit :

    Sasha, je ne sais pas si vous étiez un lecteur de l’ancien blog mais concernant les messages effaces je n’en n’ai jamais et pourtant je peux vous assurer que je suis pas toujours tendre avec Camba.

    Cependant dans la période je ne vois pas en quoi le travail de camba est contre-productif, au contraire. Elle permet de clarifier l’enjeu du congrès dans un moment ou les choses ne sont pas forcement très clair pour ceux qui ne sont pas au centre du « jeu ».

    Ensuite, de quelle loyauté nous parlons ? Vis à vis de qui ? de DSK ? Désolé je ne vois pas en quoi Camba manque de loyauté envers mosco, d’ailleurs l’inverse n’est pas moins vrai… surtout vis à vis de socdem.

    Enfin, peu lisible. Là c’est un peu de la mauvaise foi, justement sa démarche est tellement transparente qu’elle semble déranger un peu…

    Pour finir, ne nous trompons pas sur l’enjeu de ce congrès, la question n’est pas de savoir si nous sommes réformiste ou pas, c’est une question maintenant tranchée. Mais c’est nos choix stratégiques qu’il faut trancher. Alliance avec le MODEM ? Primaire de la gauche ? Changer le mode de gouvernance du PS ? Rester dans le même système ? Et il y en a beaucoup d’autres.

  16. sasha dit :

    M. Cambadelis

    je suis effarée de voir mon msg effacé
    une erreur de manip j espère

    il est le seul msg négatif sur votre démarche
    afin de contribuer au pluralisme du débat, je le remets en espérant qu il n y ait pas de bug cette fois

    je disais donc

    M. je ne vous connais pas bcp
    je vous ai croisé qq fois, notamment avec DSK

    je tiens à vous dire que je trouve votre démarche
    – contre-productive
    -manquant de loyauté vis à vis e Moscovici
    – peu lisible

  17. Corinne dit :

    Merci M. Cambadélis. Voila une charte qui vaut bien un commentaire. Enfin des propositions concrêtes. Sur les primaires de la gauche, sur une nouvelle direction rajeunie. On avance enfin !!!

    Merci encore !

  18. Primaires dit :

    Je trouve qu’il y a une idée intéressante et que vous développez assez souvent sur une primaire de la gauche pour choisir notre candidat à la présidentielle de 2012. Je crois qu’il faut approfondir la réflexion sur cette idée qui a un grand potentiel à mon avis.

  19. topaz dit :

    Dans la perspective de Reims, voter aujourd’hui la réforme ne vous affaiblirait pas, mais vous grandirait et vous placerait -comme votre tribune du printemps dans le Monde- au dessus du magma bouillonnant et inaudible qui sévit au PS. Laissez donc à d’autres le non systématique, et ne reproduisez pas toujours et encore le mimétisme de la synthèse tronquée du Mans.

  20. topaz dit :

    Vous allez voter non demain à une réforme des institutions, qui comporte des avancées que DSK -avec d’autres- ont souvent appelées de leurs voeux dans leurs interventions. Même imparfaite, n’est-elle pas un progrès ? Le PS apparaît à l’opinion incohérent sur ce sujet. Dans ce Congrès de Versailles, vous vous opposerez à la droite par principe sur un sujet qui vous interpelle, et sur lequel vous auriez pu trouver un terrain d’entente, car les institutions de la France ne sont ni de droite, ni de gauche, elles sont l’âme de notre République. Dans quelques mois vous allez vous déchirer entre vous dans un autre Congrès. Les électeurs français ne comprennent plus, et ce n’est pas ainsi que vous les inciterez à vous faire à nouveau confiance demain.

  21. topaz dit :

    Un bon texte, qui a le mérite de dresser un état des lieux lucide et réaliste. Décidément, vous feriez, chaque jour davantage, un bon chef de la reconsruction, parce qu’elle est urgente. Vous avez un petit avantage, car, plus les jours passent, plus l’actualité s’emballe, et plus Ségolène s’enfonce par ses réactions maladroites, croyant paradoxalement exister et dominer le paysage…

    (corrigez « rabougri » et « rajeunie »)

  22. JL Parise dit :

    Si j’essaye de lire les « reconstructeurs », je crois comprendre que trop de contributions aujourd’hui sont proposées aux militants aujourd’hui, dont un trop grand nombre ne sont motivées que par des ego excessifs, au détriment du collectif et de la politique. Le présidentialisme empêcherait toute forme de débat, délégitimerait toute démarche, stériliserait toute démarche de proposition.
    Sur l’excès du nombre de contributions, je ne peux m’empêcher de penser que ce constat n’a privé personne d’apporter sa goutte d’eau au ruisseau du congrès socialiste (soyons réalistes et modestes, ne parlons pas de rivière, encore moins de fleuve), et combien de textes séparés aujourd’hui sont destinés à se rejoindre dès demain, rien que dans cette mouvance en construction ? Ne pouvait-on pas, si vraiment il y a pléthore, nous en proposer un, plutôt que 4 ou 5 ou 6 ? Je ne vois pas ce qui sépare le texte de l’un de l’écrit de l’autre, des autres non plus, dont on entend et lit partout qu’ils vont se rejoindre sous peu.
    été 2008, nous voici non pas à des années lumière, non pas à des décennies, mais à quelques 20 mois de la fin de la « campagne interne » du parti pour le choix de son candidat de 2007. Les soutiens comme les oppositions d’alors, inconditionnels autant que fondés, bien sûr, ont éclaté et les contraires d’hier se retrouvent accolés aujourd’hui, des proximités d’alors se voient transformées en fossé qui serait infranchissable…
    Sur le fond, rien ne justifie ces changements, alors les reconstructeurs ont recours à une intransigeante et vertueuse dénonciation de la présidentialisation, alimentée par des ego criminels, coupables de cette dérive présidentialiste.
    Cela pourrait faire sourire, au regard de la somme des personnalités qui entonnent le grand air de cette chasse aux ego, qui n’ont pas toujours brillé par des excès de modestie. Les ego qui accusent ne me semblent pas moindres que les ego qu’ils accusent. Entendre l’un clamer son désir de devenir le premier des socialistes tout en jurant que jamais il ne sera candidat en 2012 ferait bien rire (si d’aventure il nous lisait) notre Chirac retraité, lui qui se souvient d’avoir entendu un air semblable voici 15 ans, avec la suite que l’on connaît. Qui ignore que derrière ces vertueuses dénonciations de la recherche de la place de candidat, se cache, pour beaucoup, le souhait de garder au chaud cette même place pour DSK, et pour d’autres l’envie de se la garder pour eux-même ? Ne pas le dire et jouer toute cette comédie ne fait qu’entretenir dans l’opinion une pitoyable opinion des français sur nos capacités à prendre la mesure de leurs difficultés et à y apporter remède.
    J’ai farouchement, à la mesure de mes petits moyens, défendu DSK en 2006, mais dès son départ pour le FMI j’ai estimé que cela devait s’accompagner d’un renoncement à une candidature pour 2012. Je persiste à penser que cela reste aujourd’hui la position la plus juste, mais ce n’est pas là la question.
    Pour terminer, je crois aussi que nous devons nous méfier de quelques idées simples, qui ne se révèlent pas toujours les meilleures. Les primaires organisées en 2006 ont-elles diminué un tant soit peu les dérives présidentialistes ? Quand on parle de primaires organisées par le PS, veut-on dire qu’elles ne sont qu’organisées par lui, et ouvertes au vote de non adhérents, ou réservées à ses militants ? La perspective du parti de toute la gauche est-elle une perspective propre à nous séduire, quand on voit l’assèchement que cela a entraîné en Italie ? Le rajeunissement prôné par les quinquas ne cache-t-il pas la bonne vieille maxime : sortez-vous de là qu’on s’y mette ? Ce serait un peu court, jeunes gens. L’âge doit-il être un argument, dans un sens comme dans l’autre ? Brassens a tranché la question depuis longtemps : l’âge ne fait rien à l’affaire. Est-il judicieux de lancer aujourd’hui un débat pour savoir qui est solidaire, et qui ne l’est pas ?
    Les incantations ne nous seront actuellement d’aucune utilité. N’y recourons pas.
    Je suis navré d’avoir dû écrire tout cela, mais bon, quand les bornes sont franchies…
    PS (…) : le fait que les proximités d’un jour se dénouent, que d’autres se nouent, ne retranche rien à ce qui est écrit ci-dessus, n’ajoute rien à la clarté souhaitable du débat.

  23. Evgueni dit :

    Une bonne idée cette charte. Pensez-vous qu’elle sera reprise par nos responsables ? Malheureusement je n’y crois pas trop et pourtant elle résume l’enjeu de ce congrès.

  24. Makno06 dit :

    L’essentiel me parait de communiquer, de continuer à échanger, car la nouvelle ligne politique qui se dessine ne pourra se faire que dans la clareté.

    Pierre ce positionne depuis longtemps comme un futur 1er secrétaire et il n’y a aucune raison pour qu’il n’échange pas avec d’autres socialistes.

    La position de Cambé a le mérite de poser la question d’une construction d’un projet pour le Partie, la gauche, avec les camarades proches de Laurent. Ce n’est qu’en échangeant que l’on pourra dégager les positions des uns et des autres. Mais l’objectif est clair, dégager pour les 3 prochaines années, et avec ellles les échéances qui viennent, un axe politique majoritaire et clair au sein du Partie.

  25. Catherine dit :

    Etonnant mais plutôt drôle :o)
    Il est bien ce site enfin on peut y lire à son aise

  26. hp dit :

    Un mot juste pour vous encourager dans cette démarche. Continuez pour le PS et pour la gauche !

  27. Pierre Moscovici dit :

    Cher Jean-Christophe,

    J’ai lu ta Charte pour le renouveau et ta lettre à Socialisme et démocratie. Rien ne m’y choque. Et crois que je ne fais pas non plus de la candidature d’un des nôtres – la mienne notamment – un préalable à la nécessaire recomposition du parti, même si tu aurais pu ajouter que c’était un objectif souhaitable: j’aurais apprécié l’attention. Poursuivons donc, c’est indispensable, nos approches complémentaires pour un élargissement des thèses que nous partageons. Notre différence, me semble-t-il, ne porte ni sur la gouvernance du parti, ni sur les idées, ni sur le retour de DSK. Elle concerne l’analyse que nous faisons de la « culture » de ceux qui ont résisté à bien des sirènes pour nous suivre. Je pense, pour ma part, qu’il n’y a aucune raison d’ostraciser Laurent Fabius, de l’exclure d’une majorité : je n’ai aucune hostilité de principe à son endroit ou à celui de ses amis. Mais que le mettre au coeur d’une construction écarte de nous beaucoup de ceux qui nous ont accompagné à SD, et donc nous affaiblit considérablement. C’est pourquoi il faut, en effet, commencer par ceux dont nous sommes idéologiquement plus proches, d’abord Martine sans doute, en acceptant – car c’est bien de ça qu’il s’agit – le renfort de la « ligne claire ». Nous ferons, j’en suis sûr, nos choix ensemble. Parlons en, quand tu veux. Je m’en exprimerai, moi aussi, si tu le veux bien, dans la lettre la semaine prochaine sur ce point. Tu recevras, par ailleurs, une réponse séparée à ton courriel sur Marseille.

    Amitiés fidèles.

  28. Martin P. dit :

    Collomb, Aubry, pourquoi pas

    Il faudrait que Martine montre des signes plus clairs de renouvellement de son discours pour ne pas que cela ressemble à du hollandisme sans hollande

    Camba et Mosco sont parmi les plus fines intelligences d’entre nous, gageons qu’ils le resteront jusqu’au bout

  29. Jean-Luc dit :

    Salut Jean-Christophe,

    D’accord avec ton analyse et ta proposition de charte.

  30. grut dit :

    Bonjour,

    Je souscris totalement à cette orientation.

  31. Sylvain dit :

    Décidement ..

    Stoppez tous ! … Plus la peine de signer les contibutions, ce n’est pas là le plus important. Trop technique, trop de fond ? .. peut-être .. pas assez de « tactique », de « calendrier », les contributions ne semblent plus convenir aux stratèges divers et variés du PS comme phase préliminaire à un Congrès d’Idée. Voici venu le temps de la « CHARTE ».

    Comme lorsque 2 contributions s’assemblent … on à tendance à dire A rejoint B … ou B rejoint A et non pas A et B se rejoignent (car ce qui est souvent en filigrane derrière c’est : Lequel des premiers signataires de chacune des 2 contributions, va devenir premier signataire de la motion …), c’est au premier qui prendra l’initiative .. de « rassembler derrière lui » … car bien sûr il faut rassembler … (mais c’est beaucoup mieux si c’est derrière soit, et non pas derrière le voisin). Et pour rassembler, le plus simple c’est de ne rien dire : Autrement dit de proposer un calendrier, une méthode … pour repousser les débats d’idées « A plus tard ».

    « La ligne claire » à tiré la première, avec la charte de Guérini: … hop hop voila Moscovici qui s’en rapproche, avec finallement un peu plus de tacte qu’initiallement annoncé (à cause des remous internes des Reconstructeurs ?)… heureusement Cambadélis contre d’un revers du droit avec une autre charte : ‘La charte du renouveau » … Cela va t-il continuer comme cela ? … Noooon, c’était sans attendre l’entrée en jeu de F.Hollande qui annonce qu’il va bientôt lui aussi dégainer sa propre charte …

    Alors Quel Charte signez vous ? 🙂

  32. […] bien “l’immobilisme mortifère que la présidentialisation délétère” comme dirait Cambadélis, elle chercher à mettre le parti au travail, de manière collective, autour d’un programme […]

  33. Makno06 dit :

    Surpris par l’idée d’un nouveau programme commun, avec qui ? Je pense bien sur aux travails de sape de la LCR avec qui je ne vois pas beaucoup de pont possible.

    La gauche en France dans un nouveau partie socialiste qui fera fi de plus de 150 ans de division de la famille socialiste, à voir.

    Une crise, des crises, des enjeux, oui, mais la question sociale reste au centre de tout car le véritable enjeu, et ceux depuis que les idées socialistes existent est l’égalité pour tous, içi et ailleurs. Cet enjeu qui ne date pas d’hier et on pourrait remonter aux premieres idées utopiques sur ce point.

    Pour les militants du partie un des enjeux est simple, faire du partie le leurs et non celui des élus. Cessez tous les cumuls de mandats pour faire vivre la démocratie, et renouveller de manière régulière le personnel politique peut-être une solution.
    Être maire ou député n’est pas un métier c’est une responsabilité politique et rien d’autre. On doit retrouver cette logique dans nos instances et ainsi favoriser l’émergence de nouveaux responsables politiques, mais aussi la diffusion de nos idées par les anciens.

  34. sangaku dit :

    Mêmes remarques.

    Le PS doit passer en 2.0 lui aussi.

    Une autre urgence : retrouver la confiance des retraités agés car ce sont eux qui font le roi !

  35. dit :

    Voila une bonne initiative. Enfin un texte simple avec des objectifs communs clairs. Décidemment vous feriez un bon candidat…

    J’en profite pour vous féliciter pour votre nouveau blog, clair et plus agréable.