Cambadélis : «Martine Aubry est un atout pour la gauche»

par · 23 août 2008

PRPS.jpgRectificatif à propos de mon interview publiée dans le Figaro.
La question « Martine Aubry pourrait-elle être une bonne candidate au poste de 1er secrétaire » ne m’a jamais été posée. Elle a été rectifiée après mon accord sur l’interview que j’ai accordée. La question exacte était : « les 35 heures ne sont-elles pas une difficulté pour Martine Aubry pour être candidate au poste de 1er secrétaire ? » Cette rectification devait être faite, c’est fait !

LE FIGARO. Le Parti socialiste peut-il réussir à s’opposer tout en menant son congrès ?
Jean-Christophe CAMBADÉLIS. L’état d’esprit du PS est une inquiétude, une détermination et un espoir. Une inquiétude vis-à-vis de la détérioration de la situation internationale : l’attentat contre nos soldats en Afghanistan, l’aggravation de la situation au Pakistan après la démission de Musharraf ou le conflit russo-géorgien. Une détermination à imposer au gouvernement de prendre en compte la crise économique, à défendre le pouvoir d’achat des Français et le Code du travail. Un espoir enfin, celui du renouveau fondé sur un socialisme moderne, capable de créer l’alternative. Le problème du PS, c’est qu’il est enfermé dans des choix de personnes ou de présidentiables. Cela n’intéresse pas les Français. Le renouveau passe par la construction d’une alternative globale : un autre chemin, autrement. Si on veut s’opposer efficacement, le PS doit rompre avec son attitude paresseuse et frileuse, attendant des seules fautes du pouvoir une alternance mécanique. Cela ne marche pas.

Pierre Moscovici est-il votre candidat pour la direction du PS ?
Dans un texte signé avec Martine Aubry en juillet, nous disons que nous faisons pas de cette question un préalable. C’est valable pour tout le monde. Pierre Moscovici est le premier signataire de notre contribution. Je l’ai proposé. J’ai le souci de l’unité. Je n’ai aucun préjugé. Seules la décision collective et l’efficacité comptent. Nous sommes d’accord avec Pierre : il faut bâtir un premier rassemblement pour une majorité cohérente mais ouverte. L’époque du premier secrétaire créant sa majorité pour convenance personnelle est révolue. C’est la majorité qui décidera au congrès du premier secrétaire.

Quelle serait la cohérence d’une majorité intégrant les amis de Laurent Fabius ?
Avec la décision de Ségolène Royal de se lancer, via un rassemblement en dehors du PS le 27 septembre, ce sujet est dernière nous. Les fabusiens ne sont pas au centre du débat. A moins, bien sûr, qu’on les transforme en épouvantail à moineaux pour préparer l’alliance avec Ségolène Royal et obtenir l’agrément de François Hollande.

Martine Aubry pourrait-elle être une bonne candidate au poste de premier secrétaire ?
Il faudrait encore qu’elle le soit. Si c’était le cas, ce serait plutôt un atout pour la gauche. Depuis un an, je me démène comme un beau diable pour le rassemblement de tous ceux qui refusent l’immobilisme. Je l’ai toujours fait avec une orientation claire et avec la conviction que l’heure d’un nouvel axe pour la reconstruction du PS avait sonné. Avec Martine Aubry mais aussi Pierre Moscovici, Marylise Lebranchu et Arnaud Montebourg, nous sommes résolus à écrire une nouvelle page du socialisme. Et pas le roman d’un présidentiable ou d’un individu. Nous avons pour cela décidé de fusionner nos contributions : Restons-en là.

Quel est l’enjeu de La Rochelle la semaine prochaine ?
C’est un grand moment de rassemblement et d’échanges pour faire avancer le PS vers une alternative claire. Nous sonnerons la charge contre une politique gouvernementale qui offre beaucoup d’images et peu de solutions.

Propos recueillis par Nicolas Barotte.

catégorie Parti Socialiste

Les commentaires8 Commentaires

  1. jls74 dit :

    JCC,

    Il serait bon que vous expliquiez aux adhérents de S&D votre stratégie.
    Pourquoi d’emblée se jeter dans les bras de Fabius?
    Ne croyez vous pas que les militants S&D risquent d’être déboussolés par le w e de La Rochelle?
    Cordialement

  2. Bernard Marx dit :

    La gauche n’a pas à se chercher des atouts mais plutôt des actifs, dans tous les sens du terme. il n’est pas combat qui soit perdu sans que la bataille ait été livrée et, pour cela, il faut avancer ses pions comme aux échecs et non comme au jeu de Go. Sans reine ni roi, même fragiles, sans cavaliers mais avec juste deux fous, l’avenir est sombre.
    Rappelez-vous Jean-Christophe ma boutade à la veille des municipales : vous devez quitter le conseil de surveilance pour rejoindre le directoire !
    Amitiés
    BM

  3. Makno06 dit :

    C’est bien de s’arreter à la personne qui sera 1er secrétaire. On est maintenant à un peu moins de 3 mois du vote des militants.
    Mais l’essentiel est dans les 3 prochaines semaines proposé une motion permettant de dégager une ligne clair au sein du Partie. Et la il y va y avoir un gros travail pour associer tous ceux qui ne seront pas à La Rochelle ou sur Paris.
    Merci pour eux…

  4. abadinte dit :

    Je souscris totalement aux propos de Jean-Christophe Cambadélis.

    La question du rôle du 1er Secrétaire est primordial puisque c’est lui qui est en charge de la refondation, reconstruction, rénovation du Parti Socialiste. Sa vision du Parti Socialiste est un point important qui fera porter le choix sur tel ou tel candidat. Est-ce que nous voulons un parti derrière un leader autoritaire visant à influencer autrui directement et par pression externe, un leader coopératif, consistant à associer autrui sinon aux prises de décision, du moins à leur préparation et à leurs applications ou un leader manoeuvrier, consistant à influencer autrui indirectement et si possible à son insu? (typologie de Maisonneuve)

    Je suis pour ma part plus intéressé par le leader coopératif que les deux autres.

  5. JL Parise dit :

    Ne serait-il pas sain d’arrêter d’agiter le chiffon rouge des démons « présidentiables » ? On peut légitimement douter que :
    1/ personne parmi les signataires ne se rêve en présidentiable un jour ou l’autre. Ner pas être en situation aujourd’hui n’est en rien un gage de virginité de ce côté là ;
    2/ une grande partie de la stratégie des reconstructeurs auto proclamés repose, au moins pour partie d’entre eux, sur le besoin de garder la place au chaud pour le grand absent présidentiable : DSK.
    Ainsi, cette question agitée en permanence m’apparait comme une malhonnêteté intellectuelle décevante. Et cela disqualifie en partie, à mes yeux, ceux qui se livrent à une telle manœuvre. Parlons du fond, quelles différences entre les signataires de ce courant et d’autres contributions, hormis cette question peu pertinente et douteuse des présidentiables ?

  6. Pink elephant dit :

    tout à fait d’accord avec Drime. La grande force du premier gouvernement Jospin a été d’avoir 2 ministres de grand talent et complémentaires: DSK et Aubry.
    Pour compléter ,bangor, la grande force de SD a toujours été de privilégier les textes et les orientations aux personnes. Je défends avant tout un texte « besoin de gauche », travaille pour qu’il soit la base d’une motion majoritaire. La question du secrétaire ne se posera que ce préalable accompli et je voterai sans hésiter la personne la plus à même de porter cette orientation. Pierre est un candidat de talent, cela peut être lui, Martine l’est tout autant, mon choix portera sur celui qui réussira à lancer la meilleur dynamique pour que le ps se remette au travail

  7. Drime dit :

    @bangor

    C’est un peu cour monsieur… Pour moi il considérer que Aubry est une bonne candidate pour le poste est d’une cohérence absolue avec la ligne de SD depuis toujours.

    Une synthèse inconsistante ? Parce que tu penses qu’une alliance avec Guérini et Colomb ça donne de la consistance peut-être, l’un et l’autre ont soutenu Royal ouvertement, pour moi cela est une vrai incohérence !

  8. Bangor dit :

    Donc, tu considères que si Martine Aubry était candidate au poste de premier secrétaire, ce serait plutôt un atout pour la gauche. En clair, tu préfères une candidature de Martine Aubry à celle de Pierre Moscovici. Te rends-tu compte de ce que cela peut signifier pour les militants de base que tu n’as absolument pas consultés ? Si tu réussis, tu auras mis fin pour d’obscures raisons de tactique politicienne, non seulement à la belle aventure de S§D mais également à ce qu’on avait qualifié autrefois de deuxième gauche.

    J’espère que Martine Aubry sera assez lucide et pour comprendre qu’elle n’a pas intérêt à prendre la tête du parti. J’espère également que Pierre ne baissera pas les bras et qu’il sera à la tête d’une motion proposée au vote des militants.

    Dans le cas contraire, nous irions une fois de plus vers une synthèse inconsistante et vers de nouveaux échecs.