Face à La grande crise des capitaux fictifs

par · 8 octobre 2008

bloc_note_copieV2.jpgLa bourse de Tokyo vient de connaître un quasi krach avec un recul de 9,38%. Les bourses européennes subissent une forte baisse. A Moscou, Bucarest ou encore à Prague, les cotations ont été suspendues temporairement. Le Président de la République Française, Président de l’Europe parle d’une « crise de confiance ». Sans blague ! Après 700 milliards de Dollars votés par le Congrès la machine ne repart pas, c’est l’affolement. Car comme le disent en chœur Dominique Strauss-Kahn, Laurent Fabius, Martine Aubry nous sommes dans une crise systémique. C’est le système même du capitalisme financier avec sa voracité spéculative, fictive qui est en crise.   C’est ce système qui tirait les bourses mondiales avec sa rotation capitaliste flamboyante. C’est ce système qui s’effondre. Pire, le système connaît l’ampleur de ses créances douteuses dégaze puisque l’Etat c’est déclaré, à juste raison, en quelque sorte garant.

A crise de système – réponse de système. Il ne faut pas seulement une autre politique, mais une autre organisation du système économique mondial. Nous avons vu que les organisations de contrôle, de notation avaient failli pour la simple raison qu’elles étaient rouages de la spéculation. Nos avons vu la fameuse main invisible du marché ne plus savoir où la mettre. Nous avons vu l’autorégulation du marché explosée sous le poids de la fictivité de ce dernier.

Et il suffirait de rassurer les marchés ? Tout le monde fait comme si la chute libre des bourses n’allait pas entamer durement la croissance… Tout le monde fait comme si nous n’étions pas dans la récession… Tout le monde sait que les banques centrales n’ont plus de marge de manœuvre. Et c’est le trésor qui doit monter en ligne.

Alors il faut agir et couper dans le vif à trois niveaux. Le temps n’est plus à replâtrer le système financier. Il faut une nouvelle donne International avec un nouveau Bretton Wood où le FMI aurait un rôle central. Européen où il faut tout à la fois un plan coordonné de financement du système bancaire, mais aussi insuffler une autre politique économique Européenne au travers de la banque européenne d’investissement. Et au niveau Français, honnêtement la France est trop endettée pour être épargnée. Ensuite on ne comprend pas pourquoi le gouvernement maintient la même politique fiscale alors qu’elle presse tous les autres pays a corriger leur politique libérale. Enfin est-il utile de construire un budget d’austérité, alors qu’il faudrait soutenir l’activité économique. Il faut revoir le budget.

Les socialistes doivent être responsable et revendiquer le changement de la hiérarchie dans le système. On ne peut pas préconiser l’union nationale comme le fait Michel Rocard, ou critiquer le gouvernement pour son imprévoyance et sa légèreté brouillonne dans le règlement de la crise comme d’autres.

Non, il faut maintenant dire les socialistes veulent un « capitalisme propre ». Il faut rebâtir un nouvel équilibre où la finance ne soit pas une activité industrielle. Nous voulons mettre l’économie réelle aux commandes.

catégorie Ecrits

Les commentaires1 Commentaire

  1. David C. dit :

    La recette d’un VRAI Nouveau Bretton Woods

    La conférence pour un nouveau Bretton Woods devra agir de toute urgence afin que :

    • Le système financier actuel soit déclaré en faillite, mis en règlement judiciaire et remplacé par un nouveau.
    • Un système de parités fixes soit accepté et immédiatement mis en place.
    • Les produits financiers hyper-spéculatifs, tels que les « produits dérivés », soient mis hors la loi par des accords entre gouvernements.
    • Une vaste réorganisation de la dette soit entreprise, certaines dettes devant être rééchelonnées ou annulées.
    • De nouvelles lignes de crédit soient ouvertes grâce au crédit productif public, en s’inspirant de la politique d’Alexander Hamilton et du « Système d’économie politique américain », rendant ainsi possible le plein emploi qualifié grâce à des investissements dans un renouveau infrastructurel et technologique.
    • Le « pont terrestre eurasiatique » soit réalisé, clef de voûte de la reconstruction économique mondiale et vision qui sera à l’origine non seulement d’un « miracle » économique mais aussi socle de la paix mondiale du vingt-et-unième siècle.
    • Un nouveau « traité de Westphalie » soit signé pour garantir la disponibilité, l’exploration et le développement des matières premières en faveur de tous les pays du monde, au moins pour les cinquante ans à venir.

    Source : http://www.solidariteetprogres.org/petitionNBW/

    David C.
    david.cabas.over-blog.fr