Mois novembre 2008

27 Nov

5 Comments

Blog-notes N°56

par

bloc_note_copieV2.jpgComment comprendre ce qui vient de se passer au Parti socialiste ? Ceci d’abord n’était pas inattendu. Ségolène Royal, évincée en juin 2007, voulait conquérir le Parti socialiste pour le transformer en une machine efficace pour la prochaine présidentielle. Cela n’est pas illogique puisqu’elle estimait que le PS lui avait manqué dans la campagne de 2007.

Elle n’était pas la seule, loin s’en faut à penser à cette échéance. Mais là où certains cherchaient une passation de pouvoir, elle cherchait la rédition.

Charles Péguy disait « les partis vivent de leur symbolique et meurent de leur politique ». Ségolène Royal s’est attaqué avec un certain entrain à ce qui fait vivre le PS, sa symbolique, certaine qu’il était mort politiquement.

En face les « Reconstructeurs » avaient fait la même analyse. Il fallait un « nouvel Epinay » au PS, une nouvelle donne. Le renouveau et le nouveau ont pris en tenaille l’ancien qui n’a pas eu le ressort nécessaire à un sursaut.

Martine Aubry a emporté tout simplement parce qu’elle a su tout à la fois rassurer et rassembler. Lire la suite…

25 Nov

3 Comments

La politique de la terre brûlée ne sert que Sarkozy !

par

PRPS.jpgSégolène Royal et Vincent Peillon ne veulent ni reconnaître le résultat donnant la victoire à Martine Aubry. Ni le travail statutaire de la commission de recolement des votes qui étudie, dans un bon climat, quelques recours. C’est leur droit. Mais ils ne peuvent laisser croire qu’il y a eu de la triche parce que dans cette ultime consultation Ségolène Royal a perdu. Alors qu’ils n’ont rien dit lors des trois consultations précédentes.

Ils ne peuvent appeler les militants à se jeter les uns contre les autres dans la rue. Ils ne peuvent s’en remettre à la justice pour désigner la 1ère secrétaire.

La politique de la terre brûlée, au prétexte d’une défaite de Ségolène Royal, abîme l’opposition à Nicolas Sarkozy.

Martine Aubry a souhaité une démarche responsable, respectueuse et rassembleuse à la hauteur des enjeux.

Nous nous y tiendrons !

17 Nov

2 Comments

La profession de foi de Martine Aubry

par

PRPS.jpgCher-e-s camarades,

Les Français vont mal. Ils sont inquiets pour l’avenir alors que notre pays s’enfonce dans la récession, le chômage et les inégalités. Ils savent que Nicolas Sarkozy les a floués.

C’est en pensant à eux que je me suis engagée dans ce congrès.

Parce que face à une droite dure, il faut une gauche forte. Parce que face à un monde que le capitalisme financier emmène droit dans le mur, nous devons être porteurs d’un nouveau modèle dans lequel la question sociale est au cœur, où l’économie réelle reprend le pas sur la finance et où l’écologie sort des discours pour entrer dans les faits. Il nous faudra défendre les services publics attaqués actuellement par la droite, l’hôpital public et bien sûr la poste, mais il nous faudra en créer de nouveaux comme le service public de la petite enfance ou la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Je n’oublie pas le combat pour la laïcité au moment où le président de la République en appelle aux religions avant de qualifier la laïcité de positive pour mieux la disqualifier.

Parce que le 6 novembre, vous avez choisi d’exprimer une double demande d’un Parti fermement ancré à gauche et décidé à se renouveler. Je regrette avec vous que nous n’ayons pas réussi à nous rassembler à Reims autour d’une orientation. Mais je suis confiante parce que la décision est de nouveau dans vos mains.

J’ai décidé d’être candidate pour être votre première secrétaire, au cœur d’une équipe soudée, engagée, avec de nouveaux visages, une nouvelle génération de militants aux couleurs de nos territoires et de toutes les cultures présentes en France. Lire la suite…

10 Nov

9 Comments

Le blog-notes N°55

par

bloc_note_copieV2.jpgLes socialistes ont tranché mais n’ont pas choisi.

Tranché plutôt à gauche, tranché pour une nouvelle gauche renouvelée et crédible. Ils n’ont pas choisi parce qu’ils ne pouvaient pas le faire. En effet, nos statuts sont ainsi fait que l’on élit d’une part le Conseil national à la proportionnelle et d’autre part le 1er secrétaire au scrutin majoritaire direct.

C’est un peu des législatives à la proportionnelle avant les présidentielles. L’Assemblée Nationale du Parti socialiste est constituée, c’est le Conseil National. Si nous voulons réussir la rénovation, il faut que le 1er secrétaire « putatif » puisse dégager une majorité stable dans le Conseil National. Car sinon c’est la cohabitation, le risque de blocage, l’instabilité, bref la rénovation a besoin d’une majorité stable.

Normalement le congrès est fait pour cela, car dimanche matin on vote une synthèse ou sur un texte, ou sur des textes. Ségolène Royal est arrivée en tête, il n’est pas anormal qu’elle tente de trouver une majorité d’ici à vendredi.

Avec Martine Aubry nous ne voulons ni nous chamailler sur les personnes, ni déroger à ce que nous avons dit depuis deux mois. Il faut rénover, construire l’alternative crédible à gauche. Lire la suite…

07 Nov

7 Comments

Après le vote des militants pour le Congrès de Reims

par

Premiers enseignements

PRPS.jpgLes militants socialistes ont voté. Ils doivent être remerciés pour ce moment de démocratie peu commun dans l’univers partidaire Français.

Qu’ont ils dit ?

Il faut que cela change à gauche tout en restant crédible. A l’aune de cette exigence, la motion Bertrand Delanoë/François Hollande s’affaisse comme nous le pensions. Nous verrons plus loin pourquoi. Ségolène Royal ne fait pas un triomphe mais son relatif maintien apparaît comme un succès.

La gauche du parti retrouve son étiage mais elle a immédiatement éclaté.

Martine Aubry fait le score que nous espérions, seule la faible participation dans le Pas de Calais lui interdit d’être dans un mouchoir avec Ségolène Royal.

Le triptyque de la motion Aubry, nouvelle donne donc rénovation, le changement c’est le dépassement des querelles, une motion centrale à gauche collait à l’état d’esprit du PS. Nous n’avons pu le mettre en mouvement que tardivement pour les raisons que l’on sait.

Il n’y a aucune raison pour la motion D de changer de cap. Il n’y aura de rassemblement utile et crédible que si il prend pour référence cette équation : Renouveau, nouvelle gauche et éthique militante.

Personne ne peut imposer sa motion comme majorité. En ne plaçant aucune des motions à un niveau incontournable, les militants du PS ont notifié leur envie de ne pas présidentialiser le PS. La motion D est donc dans ces conditions en position centrale à gauche.

Ségolène Royal vient de déclarer qu’elle voulait discuter avec Martine Aubry. Bertrand Delanoë et François Hollande se rejettent la responsabilité mais appellent au rassemblement et la motion C est tiraillée entre Henri Emmanuelli qui « pense qu’il a le chemin pour s’opposer à Ségolène Royal », Benoît Hamon qui souhaite maintenir une candidature identitaire et Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez qui viennent de quitter le PS avec leurs troupes.

Transparence, calme et cohérence vont donc animer les responsables de la motion D qui étaient hier soir satisfaits et sereins d’avoir fait de leur motion une référence. Il n’y a pour nous aucune fragmentation mais une indication… incitation à la rénovation.

Analysons la contre performance de Bertrand Delanoë et François Hollande. Lire la suite…