Iran: élections présidentielles

par · 15 juin 2009

PRPS.pngLa campagne pour les élections présidentielles iraniennes et la participation massive des électeurs au scrutin du 12 juin ont témoigné de la vitalité de la société iranienne ainsi que de la volonté du peuple pour un changement démocratique et pacifique.

Malheureusement, le résultat final a été entaché par de graves irrégularités qui enlèvent toute légitimité au candidat proclamé vainqueur. Ces irrégularités ont été précédées par des menaces publiques des Gardiens de la révolution contre l’aspiration de la population pour le changement le qualifiant de « révolution de velours ». Après l’annonce de la victoire contestée d’Ahmadinejad qui ressemble à un « coup d’Etat de velours », le pouvoir iranien a recours à la violence policière à l’encontre des manifestants, la fermeture de journaux et des sites Internet, la restriction contre les correspondants de la presse internationale et l’arrestation des dirigeants des formations réformatrices.

Le Parti socialiste condamne ces agissements et demande la libération immédiate des personnalités arrêtées. Il s’agit de Mohsen Mirdamadi, Secrétaire général du Front de la participation, le principal parti réformateur, Réza Khatami, ancien vice-président du Parlement, Mostapha Tajzadeh, Mohsen Aminzadeh, Abdullah Ramanzanzadeh, respectivement vice-ministre de l’intérieur, vice-ministre des Affaires Etrangères et porte parole du gouvernement de Mohammad Khatami, ainsi que de nombreuses autres personnalités réformatrices.

Les autorités iraniennes ne peuvent durablement ignorer le besoin de liberté et de démocratie de la population au risque de provoquer une crise profonde en Iran. Elles ne peuvent pas non plus ignorer le changement que connaît le Moyen-Orient : l’engagement de la nouvelle administration américaine pour favoriser une solution juste au conflit israélo-palestinien incluant la création d’un Etat palestinien, le retrait programmé des troupes américaines d’Irak, la recherche d’une solution politique en Afghanistan, l’amorce d’une normalisation politique au Liban et enfin la volonté de Barack Obama de dialoguer avec l’Iran. Cette nouvelle situation doit inciter les dirigeants iraniens au respect des droits démocratiques des citoyens et à une politique de détente dans la région.

Le parti socialiste réaffirme plus que jamais son soutien et toute sa solidarité avec le peuple iranien et avec tous ceux qui sont engagés en Iran pour la réforme et la démocratisation qui à ce moment ont le triste sentiment que leur victoire a été volée.

Les commentaires4 Commentaires

  1. dominique dit :

    Bon, on va former le GIC (Groupe d’Intervention Cambadelien),avec ceux qui veulent que ça bouge maintenant.

  2. gérard16 dit :

    D’accord avec topaz. A vous de jouer. Ca urge.

  3. topaz dit :

    Plus j’y pense, plus je crois en cette voie. Vous avez beaucoup oeuvré dans l’ombre. L’heure est peut-être venue pour vous d’agir dans la lumière avec une légitimité. Vous en avez l’étoffe et il n’y a pas de hasard. Dans le ciel bouché Fafa croit encore en son étoile … et la jeune garde piaffe d’impatience. Notre dame en blanc, qui a contourné l’appareil lorsqu’elle était haute, va l’utiliser pour rebondir et, une fois de plus, semer la pagaille. M. Aubry fait ce qu’elle peut, mais dans le contexte ne peut pas assez. Les chiens risquent d’aboyer, mais vous pouvez faire passer la caravane … du bon côté ! Depuis 2002 le PS « réfléchit » et ne fait plus rêver. Vous vous êtes tant battu pour que Sarkozy ne soit pas là où il est, le péril vert menace et le premier parti d’opposition n’a plus de boussole. Alors à situation exceptionnelle, force d’intervention spéciale.

  4. topaz dit :

    Eh oui Camba, elle est bien triste l’issue de cette élection. Tandis que l’Europe s’abstient pour ne pas changer le cours des choses, l’Iran vote massivement pour l’inverser, mais n’échappe pas au maintien du statu-quo. La fin justifie les moyens, la légalité -subjective apparence- est du côté du plus fort et dans le miroir tendu à l’Iran par Obama se reflète la même image en plus sombre … Après la probable fraude la répression, la déception et la punition pour tous ces Iraniens qui rêvaient d’un présent meilleur et qui y croyaient vraiment.