Niger: la Constitution doit être respectée !

par · 29 juin 2009

Le Président du Niger, Mamadou Tandja, vient de décider d’activer l’article 53 de la Constitution du Niger, l’autorisant à exercer des pouvoirs exceptionnels « lorsque les institutions de la République, l’indépendance de la Nation, l’intégrité du territoire national ou l’exécution des engagements internationaux sont menacés d’une manière grave et immédiate ».

Pour la deuxième fois, le Président Tandja tente de s’extraire du cadre constitutionnel, puisque ce même article précise que « l’Assemblée nationale apprécie, à la majorité absolue de ses membres la durée de l’exercice des pouvoirs exceptionnels et y met fin en cas d’abus. »

L’Assemblée nationale ayant été dissoute par le Président nigérien, cet article ne peut manifestement plus s’appliquer, d’autant plus que ni les institutions de la République, ni l’indépendance de la Nation, ni l’intégrité du territoire national ne sont menacés, si ce n’est par la volonté du Président Tandja de se maintenir à tout prix dans ses fonctions. La mobilisation très forte de la grande majorité des partis politiques, syndicats et organisations de la société civile du Niger montrent que cette position est de plus en plus incomprise.

Rappelons que l’article 36 de cette même Constitution précise que le Président du Niger est « rééligible une seule fois » et que l’article 136 stipule que l’article 36 ne peut faire l’objet « d’aucune révision ».

Le Parti socialiste condamne donc avec la plus grande fermeté toute tentative d’outrepasser la Constitution du Niger et apporte son soutien le plus ferme aux acteurs qui se battent pour sa défense, en particulier le PNDS et son Président Mahamadou Issoufou, mais aussi les très nombreuses organisations ayant rejoint cette dynamique républicaine. Il semble en effet de plus en plus légitime d’empêcher la tenue d’un référendum afin de permettre la tenue d’élections présidentielles respectueuses du droit, libres et transparentes.