6 heures pour les droits des enfants et des familles sans-papiers

par · 22 novembre 2009

visuresf104

RESF est à l’initiative d’un événement intitulé « 6 heures pour les droits des enfants et des familles sans -papiers ». Je me suis adressé à eux dans un courrier que vous trouverez ci-dessous:

Madame, Monsieur,

Nous fêtons aujourd’hui le 20ème anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

Vous organisez dans ce cadre là, le dimanche 22 novembre 2009, une initiative intitulée « 6 heures pour les droits des enfants et des familles sans-papiers » au 104 à Paris.

Je tiens à vous apporter tout mon appui dans cette initiative à laquelle malheureusement, je ne pourrais être présent et croyez bien que je le regrette.

Je sais le combat que vous menez chaque jour auprès des enfants et des familles de sans-papiers et je tiens par la présente à vous apporter tout mon soutien.

Chaque semaine, lors de mes permanences, je rencontre et j’accompagne des femmes, des hommes, des familles qui, bien que résidants en France, participants de l’activité économique de notre pays, accumulant, années après années, des preuves d’intégration, continuent de se battre pour obtenir le règlement de leur situation administrative.

Cette situation est inacceptable et je continuerais de me rendre disponible et réactif chaque fois qu’il le faudra, il en va de ma responsabilité d’élu de la République.

Je ne doute pas que votre initiative rencontrera un grand succès.

Avec tout mon soutien.

Jean-Christophe Cambadélis

Les commentaires1 Commentaire

  1. topaz dit :

    Bonne émission « Internationales » – A noter que dsk « intrigue » … toujours et encore.
    Malgré les sarcasmes d’Eric Besson, Martine Aubry a raison d’exprimer une position claire sur le mariage homosexuel et l’homoparentalité. S’il y avait demain un référendum sur cette question, il est probable que la réponse serait oui -57% des Français sondés seraient favorables à l’adoption par des couples homosexuels- contre l’avis farouchement hostile de notre Président. Sur certains sujets, peut-être ne court-il pas assez vite !