Le PS mobilisé contre le Sida

par · 1 décembre 2009

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida du 1er décembre, le Parti socialiste appelle la France et l’Europe à relancer leur engagement dans la lutte contre la pandémie.

La lutte contre le sida reste une préoccupation majeure de santé publique. Le Parti socialiste appelle à lutter contre le sentiment de banalisation de cette maladie, alors que l’on observe une augmentation des contaminations chez les plus jeunes dans notre pays et que le sida continue de tuer plus de 6 000 personnes par jour dans le monde.

Le Parti socialiste condamne le désengagement de l’Etat en matière de lutte contre le sida et appelle le gouvernement à s’impliquer fortement :

– pour la prévention, en engageant des campagnes massives et en renforçant les actions spécifiques en direction des jeunes dans les collèges et les lycées ainsi qu’en favorisant la proposition automatique du dépistage ;

– en combattant vigoureusement la stigmatisation et la discrimination dont restent victimes les malades. Ce sont des obstacles majeurs à une politique de santé publique efficace. Les socialistes demandent au gouvernement de s’engager pour améliorer l’accompagnement des séropositifs dans leur vie sociale (discriminations à l’embauche, obtention d’un prêt bancaire, etc.).

– en garantissant la qualité de la prise en charge thérapeutique : les malades du sida vivent souvent dans une grande précarité sociale, aggravée par la politique de déremboursements à tout va pratiquée par le gouvernement (franchises médicales, augmentation du forfait hospitalier, menaces sur la prise en charge des affections de longue durée).

Les socialistes rappellent par ailleurs l’exigence de solidarité internationale en la matière : 33 millions de personnes vivent avec le VIH/SIDA, le sida est l’une des premières causes de mortalité dans le monde. Les socialistes rappellent l’urgence et la nécessité d’un engagement politique et financier massif pour lutter contre cette pandémie notamment en abondant le Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Les commentaires2 Commentaires

  1. topaz dit :

    Une petite réflexion hors-sujet – Quoiqu’en pense E. Besson, si Martine Aubry a les nerfs et la niaque pour tenir le cap jusqu’aux prochaines échéances -alors qu’elle se dépense en sachant qu’elle ne sera probablement pas la présidentiable du PS- ce parti qui est le sien et qu’elle aura accepté, à l’agonie, de rendre à la vie pourra la remercier. Finalement elle est aussi une femme de défi, qui sait et qui peut s’oublier pour une cause, même si dans « il faudra qu’il revienne » on retrouve un peu de la rigidité de la Dame des 35 heures … que paradoxalement, dans ce pari difficile, elle essaye de faire oublier …

  2. topaz dit :

    La lutte contre le Sida et le cancer ne devrait pas avoir de connotation politique. Je ne sais pas si l’Etat se désengage, mais vous avez raison de mettre l’accent sur les points cités. La prévention est capitale et pas seulement chez les jeunes, certains adultes sont parfois inconscients des dangers qu’ils prennent et de ceux auquels ils exposent leurs proches. Finalement avec le Sida, il y a souvent une part de responsabilité ou de négligence en amont chez le malade, avec les cancers foudroyants, indétectables avant qu’ils ne soient au stade avancé, qui chaque jour sont diagnostiqués autour de nous, chez des sujets jeunes ou moins jeunes, il n’y a ni remords, ni parade. Même le PS ne peut rien contre cette inégalité-là qui frappe au hasard à la porte de nos vies.
    (j’étais aujourd’hui dans un hôpital, c’est assez stressant de voir tout le personnel masqué).