Honduras

par · 4 décembre 2009

PRPSEn rejetant toute possibilité de rétablissement du président Zelaya, chef d’Etat en exercice déposé par l’armée le 28 juin, le parlement du Honduras viole l’accord négocié et signé le 30 octobre entre autorités de fait et autorités légales. Cette décision ôte par ailleurs tout effet légitimateur aux élections présidentielles du 29 novembre dernier.

Le Parti socialiste rappelle sa condamnation du coup d’Etat. Il soutient l’OEA (Organisation des Etats Américains) qui, saisie du problème, a affirmé fortement la nécessité pour le Honduras d’en respecter la Charte des libertés fondamentales et des droits. Le Parti socialiste appelle les responsables français et européens à joindre leurs efforts à ceux de l’OEA afin qu’un coup de force ne bénéficie d’une impunité dommageable à la stabilité démocratique de l’Amérique latine.