Le congrès du PSE: le temps du renouveau

par · 8 décembre 2009

logo_PSE K  copieAprès la grande vague des années 80 qui a vu la sociale démocratie dominer l’Europe, nous avons assisté au reflux et à la domination de la vague bleue. Les sociaux démocrates cheminent sur une ambigüité entre socialistes et sociaux libéraux. Protégeant et innovant parfois « ils » furent associés dans la perception des citoyens à la domination libérale. Car la vague rose fut concomitante à la domination du libéralisme, de la dérégulation et de la toute puissance du marché au détriment du social, de l’intérêt général ou des services publics.

Aujourd’hui nous assistons à la fin de la domination socialiste ou social démocrate, à la crise du capitalisme financier, à al défaite des nouveaux conservateurs américains et à la crise écologique.

La confluence des crises, auxquelles il faudrait ajouter la crise alimentaire, impose aux socialistes un nouveau départ. La question du nouveau modèle de développement, un keynésianisme vert, juste, fiable et durable, est tout à la fois nécessaire pour le monde, mais aussi pour affronter les futures échéances électorales.Voilà pourquoi le PS a fait au PSE une proposition globale. Une identité nouvelle codifiée par un pacte progressiste continental, une stratégie nouvelle. Faire l’événement plutôt que subir les évènements, en refusant d’être le bouchon qui flotte au grès des opinions, mais la boussole des opinions. Un dispositif nouveau avec une coordination du PSE et un candidat à la Présidence de l’Union en 2014.

A la tribune du congrès, Martine Aubry a résumé cet état d’esprit en déclarant : « Le problème n’est pas d’aller plus au centre ou plus à gauche, mais de savoir quelles sont nos valeurs ».

Ce moment « historique » contribue au moment électoral spécifique et permet d’espérer un nouveau cycle positif pour le PSE. Nos amis anglais bougent déjà vers une nouvelle redéfinition, les allemands par la voix de Gabriel Sigmard a été clair dans la volonté de tourner la page, indiquant que « si le marché était mondialisé, la régulation ne l’était pas ».

Bref à Prague le cœur du renouveau a commencé à battre !

catégorie Europe, Parti Socialiste

Les commentaires1 Commentaire

  1. stephh_33_1 dit :

    bonjour,
    pour rebondir sur la remarque de Gabriel Sigmard, par quels moyens envisagez vous de mettre en œuvre une régulation internationale.
    Par quelle stratégie pensez vous pouvoir mettre en place une structure ayant ce pouvoir?
    En supposant que vous ayez ce pouvoir, quelles mesures prendriez vous?
    Que faut il réguler et comment?