Coup de froid à Copenhague

par · 17 décembre 2009

Les chinois réticents à signer. Voilà qui tombe mal pour le sommet mais aussi pour Sarkozy qui avait fait comme d’habitude de Barack Obama l’empêcheur de signer en rond. Ce n’est pas fini mais c’est mal parti.

Avoir voulu faire de l’échec et du succès un engagement chiffré ne facilitait pas le travail. Il eut mieux valu construire une architecture style OMC mais pour le climat et ouvrir des négociations autour de plusieurs rounds, quitte à réaffirmer Kyoto. Voilà qui jette un regard cru sur le fameux concert des nations. Le développement inégal du monde malgré une prise de conscience planétaire sur le climat rend complexe l’accord multilatéral.