Merci juju !

par · 23 décembre 2009

Je voudrais remercier Julien Dray de m’avoir donné un petit coup de main en demandant que je présente des excuses à Monsieur Besson. Une petite dizaine de parlementaires ont décidé depuis de rejoindre la pétition. Nous devrions être une centaine. Merci juju !

Les commentaires5 Commentaires

  1. Steven dit :

    Jérôme, le problème est que Julien Dray n’a jamais été blanchi, le procureur Marin a par opportunisme probablement a fait un rappel à la loi ce qui signifie que les faits sont établis, il a estimé que les égarements de « Juju » ne valaient pas un procès. On a connu des procureurs impitoyables pour moins que ça. Personne n’a à s’excuser et il est même remarquable que Dray nous la joue victime dans cette affaire. Est-ce bien digne d’un socialiste ce qu’il a fait ? Je n’en suis pas certain.

  2. zetkin dit :

    Je ne suis pas socialiste, ni députée. Je n’apporterai donc aucune signature à la pétition. Mais, vivant à Calais et me battant depuis 2004, contre la fermeture des frontières aux réfugiés de Calais, connus par le HCR pour avoir cette qualité, alors qu’une fois passés en Angleterre, les gens peuvent y demander l’asile, je comprends d’autant mieux vos propos contre les procédures employées par l’ambitieux Besson et la comparaison avec ce qui s’est produit auparavant.

    Nous avons à surveiller nous-mêmes les compagnies de CRS, l’accès aux demandes d’asile en France, les mises en rétention des afghans et la propagande insidieuse tournée contre les réfugiés. De nombreuses illégalités sont commises à chaque étape de la vie de réfugiés censés être protégés par la convention de Genève. Les contrôles au faciès sont quotidiens, les interpellations conduisent à ce que les réfugiés soient libérés et obligés de retourner à pied à une heure et demie de marche du centre-ville. L’intérêt de cette procédure est de harceler les réfugiés et non les passeurs, d’attenter à leur vie par l’épuisement. Actes qui sont doublés de la destruction des affaires et couvertures lors d’arrestations dans les squats, du gazage de l’habitat et parfois de libération en pleine nature sans chaussures… Ces actes sont répétés de compagnie en compagnie. Elles procèdent donc d’une organisation délivrée sur consignes de la PAF, dont dépendent les CRS et donc également de la préfecture, c’est-à-dire le gouvernement.

    Deuxième étape: les gardes à vue sont systématiquement sans droit à avocat. Les traducteurs sont souvent dans une situation très précaire eux-mêmes, et ont été cités par les réfugiés comme des personnes ne traduisant pas correctement leurs réponses et ne traduisant qu’incomplètement des documents aussi importants que des APRF (Avis de Reconduite à la Frontière) sur lesquels figurent les délais très courts de recours. Les mineurs qui sont conduits à la PAF et les femmes enceintes sont relâchés sans considération de leur état physique, ni leur âge. Deux femmes enceintes, dont l’une de 8 mois, ont été libérées et se sont trompés de route. Elles ont déclaré avoir mis près de 4heure pour revenir en centre-ville alors qu’elles avaient toutes les deux un rendez-vous avec un docteur de Médecin du Monde qui devait les emmener à l’hôpital. (Ce médecin est arrivé quelques minutes après leurs arrestations)

    Troisième étape: l’expulsion illégale organisée des jeunes afghans. Dans les 9 afghans expulsés à Kaboul, j’ai reconnu à la télévision un jeune réfugié avec qui j’avais sympathisé. Je lui avais téléphoné au centre de rétention quand nous avons été mis au courant samedi de la possible expulsion de réfugiés afghans. Il m’avait assuré avoir ses empreintes en Grèce mais il m’avait alarmée parce que lui et d’autres de la zone du centre avaient été présentés à l’ambassade d’Afghanistan Ce qui est complètement illégal. J’ai immédiatement téléphoné à Jean Pierre Alaux du Gisti. Il m’a confirmé que le préfet du Pas-de-Calais avait effectué un acte illégal: celui de délivrer deux arrêtés différents, l’un pour le renvoyer en Grèce, l’autre pour le renvoyer en Afghanistan. Malheureusement, du point de vue administratif, l’avocat commis d’office aurait du exercer un recours au tribunal administratif de Lille dans les 48h suite à ces arrêtés. Cela n’a pas été fait. Mon copain s’est donc retrouvé à Kaboul, en toute illégalité. De plus, il nous a été confirmé par les réfugiés et la Cimade que l’Ambassade avait refusé de délivrer des visas. Le gouvernement a alors inventé un document qui n’existe pas et qui a été remis en cause, trop tardivement par la Cimade.
    Donc, M. Besson a utilisé de bout en bout des procédures illégales et nous ment effrontément. Il a également assuré que la CEDH avait accepté l’expulsion. Mais ni ceux qui auraient pu être légalement expulsés, et encore moins ceux qui devaient être renvoyés en Grèce, selon la procédure Dublin, n’avaient porter une requête auprès de la Cour Européenne. Donc, cette dernière n’a émis aucun avis.

    Quatrième étape: Rendre la vie de ceux qui veulent rester en France impossible à supporter. L’attente de renouvellement de papier, une très mauvaise volonté des employés de la sous-préfecture de Calais d’accorder en temps et en heure, les fameux papiers qu’assurément les ASSEDICS vont demander quitte à stopper l’allocation Temporaire d’Attente si on ne peut pas les montrer et les longues semaines à essayer d’obtenir le droit d’envoyer son dossier à l’OFPRA, toute cette procédure est aussi préméditée.

    Conclusion: vous pouvez comparer les fonctionnaires de la chaîne à ceux qui agissaient du temps de Pétain. Ils disent tous « On fait notre boulot » et « Si vous devez vous en plaindre attaquez au-dessus ».

    Besson n’est peut être pas Laval. Il est au moins ambitieux et cette ambition dévorante l’entraîne dans la destruction des droits humains. Il est comme certains l’ont déjà dit: l’avatar de feu Laval. Etudiez Calais et vous aurez toutes les preuves.

  3. Lu le papier de Marilyse Lebranchu dans Le Monde. Très juste. Ce que tu as dit de Besson-Laval est tout à fait pertinent. La métaphore m’était également venue à l’esprit depuis quelques temps déjà. L’analyse de Marilyse révèle un fonctionnement politique préoccupant que nous devons inlassablement dénoncés. Je te sais gré de le faire à ton niveau. D’autres camarades socialistes dont je suis tentent de le faire au leur.
    Amitiés.

  4. Nicolas dit :

    Bonjour,
    Je m’étonne de de ces attaques ad hominem envers la personne d’Eric Besson. Entendons-nous bien, je n’ai absolument pas compris la démarche initiale d’E.B. et je condamne les pirouettes idéologiques qui lui ont valu une place de choix dans le gouvernement Sarkozy, pardon le gouvernement Fillon…
    Mais d’un point de vue stratégique je trouve ça assez maladroit de votre part. La comparaison paraît outrancière et même si elle peut se justifier à certains égards il n’en demeure pas moins qu’elle n’aura pour effet, comme tout excès, que de « victimiser » la personne visée.
    L’intempérance perçue envers E.B. ferait presque oublier la faillite de l’UMP dans ce débat sur l’identité nationale qui s’annonce déjà comme un fiasco politique. Inutile de s’attaquer à Besson qui n’a pas grande importance, ne lui donnez pas l’occasion d’effectuer une nouvelle cabriole pour éclipser la débâcle de son action.
    Alors ni excuse, ni regret bien sûr, mais n’en rajoutez pas une couche non plus. Le mépris est tout ce que Besson mérite, la dénonciation et la réprobation tout ce que sa politique impose.

  5. Lucchini dit :

    j’ai posté un commentaire à Julien Dray lui disant qu’il fait fausse route sur ce sujet je ne l’ai pas encore vu sur son blog ( ce sont les fêtes) et qu’il est trop bien formé « histoire et dialectique » pour ignorer l’épisode des « néo-socialistes » et « planistes » de la SFIO et du PCF passé à Pétain contre Léon Blum.
    Eric Besson dont on invoquait pour le jsutifier de son détour par le Yacht de Boloré que Léon Blum avait été reçu lui aussi pendant des vacances chez ses riches personnes oubliant de préciser que c’était à son retour de camp … et pas du Fouquet’s, Eric besson néo-converti au Sarkosisme s’est rendu l’otage de la mystification électoraliste de l’UMP qui consiste à absorber le front national. Il cautionne un amalgame entre identité et appartenance que résume l’intitulé de son ministère intitulé qui favorise le questionnement sur une dérive extrêmisante idéologiquement de son nouveau parti dans la perspective de se maintenir au pouvoir.Pour ma part je trouve qu’avec la centaine de député qui te suivent tu as raison d’interroger ce clivage qui ne se résume pas à droite et gauche, traverse déjà l’histoire et fait d’Eric Besson le complice volontaire d’un artifice électoral pragmatique et visant l’efficacité en terme de conservation du pouvoir mais aussi d’une instrumentalisation idéologique où sa caution depuis son parcours servent un cynisme et des postulats politiques qui, sans être majoritaire à droite, gouvernent de plus en plus en sous main la tête de son mouvement populaire vers une union populiste pour jouer un nouvel Opus….Et puis c’est le gouvernement qui devrait faire mamende honorable sur sa façon d’isntrumentaliser l’hsitoire dela seconde guerre mondiale pour inscrire de force son discours dans l’histoire au point de la réviser ( cf Estrosi l’identité nationale et la montée d’Hitler ). Prende le contre-pied et remettre cette histoire à sa place en retournant l’amalgame qui vise à décrédibiliser sans cesse la gauche le PS dans celle-ci pour faire émerger les différences essentielles de notre époque : le changement « mauvais objet » et la perspective inautoritaire ici et maintenant c’est plutôt politique et à quoi ça sert un député si ça ne dit pas ce qui est politique dans ‘lhsitoire en tra de se faire et dans la façon dont on retraite l’histoire telle quelle a eu lieu …Blessé Julien l’est et cela chacun peut le comprendre et le voir dans sa défense de tout ce qui peut être blessant pour autrui, aussi dès lors qu’il n’a pas encore pu diggérer sa propre et douloureuse histoire de nombreux mois…il va ainsi égarer son soutien…lui qui pense en avoir manqué de trop alors qu’il faisait l’expérience surtout que la justice depuis l’ombre et en pleine lumière n’est pas la même pour l’homme qui a choisi de s’exposer à la lumière ( ce qui ne retire rien au principe de présomption d’innocence ) mais explicite le traitement particulier qui lui est fait . DSK n’a-t-il pas démissionné de son poste de ministre alors qu’il n’était que soupçonné dans une affaire d’abus d’honoraires et fut lui aussi blanchi que par la suite…la lumière à un prix et c’est un faux procès que celui qui vise le PS dans son manque de soutien à tel ou tel pris dans la tourmente.