Serbie

par · 23 décembre 2009

La Serbie a déposé officiellement sa candidature à l’Union européenne, loin de la démarche d’une autre Serbie qui – il y a un peu plus de 20 ans – faisait le choix du nationalisme et de la guerre. Que de chemin et de temps perdus, que d’atrocités et de drames humains causés par cette stratégie d’alors, folle et criminelle !

Avec force et courage, le Président Boris Tadic et son gouvernement ont su prolonger la rupture stratégique et la reconstruction politique entamées à la fois par Zoran Djindic d’une part, et par Vesna Pesic et l’Alliance civique d’autre part.

La Serbie est aujourd’hui devenue un état démocratique. Sous la forte influence du Parti Démocratique, la majorité des partis politiques serbes ont fait le choix de la stabilisation économique et de l’intégration européenne, rejoignant en cela les aspirations majoritaires de la population.

Mais cette Serbie émergente ne saurait faire l’impasse ni sur son passé ni sur la nécessité d’améliorer les relations avec les Etats immédiatement voisins. De nombreuses décisions et des actions symboliques doivent encore être prises :

– L’arrestation de Ratko Mladic ;

– La normalisation des relations entre Pristina et Belgrade ;

– La reconnaissance par l’ex-parti de Milosevic de sa responsabilité dans les drames vécus par les populations de l’ex- Yougoslavie.

Le Parti socialiste a toujours été aux côtés de l’opposition intellectuelle et démocratique serbe, puis des forces démocratiques qui ont su gagner pacifiquement le pouvoir et le conserver démocratiquement. Il se réjouit de voir leurs efforts couronnés par le dépôt de cette demande d’adhésion. Il s’agit là d’un acte important qui contribue à ancrer la région de façon irréversible dans un espace européen de stabilité, de paix et de prospérité.

catégorie Europe, Parti Socialiste