A propos des violences en Iran

par · 28 décembre 2009

À l’occasion de la journée du deuil chiite (Achoura), des milliers d’Iraniens, partisans de l’opposition, se sont rassemblés à Téhéran et dans d’autres grandes villes du pays. Ces rassemblements de deuil ont été réprimés avec une rare brutalité. La violence qualifiée de « sauvage » par l’ex-candidat Mehdi Karoubi a fait de nombreux morts et blessés parmi les manifestants.

Impuissant face à la contestation populaire qui a une profonde exigence de justice et de démocratie, le régime iranien se réfugie dans la répression et l’arrestation des opposants. Plusieurs centaines de personnes ont été arrêtées depuis hier. Parmi eux se trouvent les proches conseillers de l’ex-président Mohamed KHATAMI et du chef de l’opposition Mir Hussein MOUSSAVI, ainsi qu’Ibrahim YAZDI, l’ancien ministre des Affaires étrangères et chef du mouvement de Libération de l’Iran.

Le Parti socialiste condamne avec la plus grande fermeté, comme il l’a fait dans le passé, le mépris dont font preuve les autorités iraniennes vis-à-vis de la vie de ses propres citoyens. Aucun régime ne peut durablement se maintenir au pouvoir par la seule force de répression et contre la volonté de la majorité de la population.

Le Parti socialiste salue la mémoire des Iraniens tués par les milices islamiques. Il réaffirme sa solidarité avec tous ceux qui, en Iran, luttent pacifiquement pour la liberté, la démocratie et le progrès. Il appelle toutes les forces progressistes dans le monde à rester mobilisées pour soutenir le peuple iranien face à la répression et l’arbitraire.