Davos: La bulle des pays émergents

par · 1 février 2010

Une nouvelle comptine est aujourd’hui à l’oeuvre dans les relations internationales: la substitution des pays émergents au G8.

Si le Brésil a « décollé » on envisage qu’en 2050 seulement il soit le 4ème exportateur de pétrole. La politique sociale du PT qui faisait suite, en l’amplifiant, à celle du PSDB, a porté ses fruits sans réduire totalement la misère. L’inde a une grosse tirée par la demande interne d’un pays d’un milliard d’habitants, mais avec de gros problèmes d’infrastructure, de pauvreté et de paysans sans terre. La Chine est dépendante de la demande extérieure, son marché interne ne peut pas prendre le relais. Quant à l’Afrique du sud, M. A a mis ses pas dans ceux de M. Beki cherchant un développement maîtrisé.

Il y a pour ces pays une croissance « iceberg ». On cache ce qui leste le pays. Le risque est grand d’impliquer prématurément les pays émergents dans l’équilibre du monde, flattant ainsi le nationalisme, au détriment d’un développement équilibré de leur pays. Si le monde occidental n’a plus l’hégémonie, si le monde est réellement multipolaire, attention à la bulle des pays émergents.

Les commentaires2 Commentaires

  1. topaz dit :

    Un recours contre la liste PS enLanguedoc-Roussillon … C’est un développement « iceberg » !

  2. topaz dit :

    « Le risque est grand d’impliquer prématurément les pays émergents dans l’équilibre du monde » une phrase lourde de sens et de conséquences. Les pays émergents sont devenus dans les discours politiques un garde-fou récurrent. Peut-être faut-il les aider ces pays à forte en démographie effectivement à se gérer d’abord et leur apprendre comment s’impliquer dans l’économie mondiale.