Situation politique au Niger

par · 21 février 2010

Le Parti socialiste a condamné la sortie du cadre constitutionnel de Mamadou Tandja, et a constaté qu’il avait perdu, à l’expiration de son mandat, toute légitimité démocratique.

Il a exprimé tout son soutien aux démarches civiles, politiques et syndicales de conciliation et de retour à un ordre démocratique. Il constate aujourd’hui le renversement de Tandja par une partie de l’armée nigérienne.

Le Niger doit s’engager rapidement vers des élections transparentes et crédibles pour que son gouvernement retrouve une légitimité. Dans l’attente de cette légitimité retrouvée, le régime de sanctions (gel de la coopération) doit se poursuivre.

Le Parti socialiste prend note de l’intention du CSRD de rétablir le cadre démocratique et l’encourage à tenir cet engagement dans les meilleurs délais.

Les commentaires1 Commentaire

  1. topaz dit :

    Primaires : au bon vouloir d’Aubry, à l’influence de Camba, à la sage réflexion de tous les élus PS et assimilés. Remballez vos rancoeurs et vos différends, sinon vous perdrez encore, une fois de plus. Vous avez avec 2012 une dernière fenêtre ouverte avec dsk qui « peut » vous ouvrir la porte si longtemps fermée et qui a la clé – avec d’autres- pour la laisser ouverte dans la durée … Finalement la gauche n’a pas d’alternative en 2012. Elle doit faire un choix, sans primaire, d’être ou de ne pas être demain, de retour au pouvoir, après tant d’années d’errance … C’est une prise de conscience collective, socialiste, réaliste. Sarko a joué l’ouverture, à vous de gagner l’aventure. Martine Aubry en serait le maillon essentiel, l’huile dans le moteur. Il ne tient qu’à elle d’être -demain- celle qui aura rendu à la France …. l’alternance possible …