Un résultat dont ne risque pas de se vanter Sarkozy

par · 16 mars 2010

Le premier tour à Gandrange (Moselle), ville symbole des promesses non tenues de Sarkozy dit tout. Près de 61 % d’abstention. 46 % pour le PS, 16 % pour le FN, 13 % pour l’UMP dont la liste était intitulée : « priorité emploi, Rassemblons les Lorrains ».

Si on décortique le vote de la droite, on voit que l’UMP a surtout reculé dans les catégories qui lui étaient habituellement favorables alors que c’est pour ces catégories là que la droite était sensée gouverner.

20 % des électeurs de Sarkozy au second tour de la présidentielle de 2007 ont voté pour des listes de gauche; alors que seulement 8 % des électeurs de Ségolène Royal ont voté pour les listes de droite.

Un tiers des électeurs de Bayrou en 2007 ayant voté Sarkozy au deuxième tour a voté pour la gauche. Le basculement du Modem dans l’opposition à l’UMP s’est confirmé dans les urnes.

L’UMP majorité présidentielle a été la principale victime de l’abstention. 44 % des électeurs de droite et du FN se sont abstenus contre 39 % pour les électeurs de gauche et d’extrême gauche (selon OpinionWay). Plus encore: chez les plus de 60 ans, traditionnellement conservateurs, 38 % seulement on voté UMP contre 65 % pour Sarkozy au second tour de la présidentielle.Les 18-24 ans ont voté à 31 % pour le PS et à 15 % pour Europe écologie. Chez eux, l’UMP recule avec 20 % des voix contre 30 % qui avaient voté pour Sarkozy au premier tour de la présidentielle.

19 % des ouvriers ont voté pour le FN, ce que confirme ce qu’on avait observé depuis en 1995. 17 % des ouvriers et 19 % des employés ont fait confiance à l’UMP.

Ainsi, une partie importante de l’électoral populaire qui avait voté pour Sarkozy en 2007 ne croit donc plus au « travailler plus pour gagner plus ».

Chez les artisans, commerçants et chefs d’entreprises, électorat classique de la droite, alors que 60 % d’entre eux votaient pour Sarkozy en 2007, 40 % seulement ont voté à droite cette fois-ci. 27 % des cadres ont voté UMP contre 31 % qui ont voté PS.

Dans les catégories supérieures, la gauche recueille 33 % des voix contre 27 pour la droite.

Dans l’ensemble du salariat, 35 % des employés du public et 29 % des gens du privé ont voté pour les socialistes. Respectivement 19 et 23 % ont voté UMP. C’est donc dans l’ensemble du monde du travail que le vote pour les socialistes a progressé.