Interview sur Europe 1

par · 31 mars 2010

Sur Europe 1 ce soir j’étais l’invité de Patrick Cohen et Claude Askolovitch. Réagissant au choix annoncé de Nicolas Sarkozy de maintenir le cap notamment sur le bouclier fiscal, j’ai indiqué que le Président est dans un schéma aberrant, celui du refus de faire ce qu’avait fait Jacques Chirac. Il ne veut pas changer de cap à mi parcours du quinquennat . Il handicape ainsi à la fois le pays par ses choix économiques et sa propre majorité.

Nicolas Sarkozy annonce le maintient du bouclier fiscal mais les parlementaires de la majorité reviendront sans doute à l’Assemblée sur certaines dispositions par petites touches.

Nous sommes revenus sur les élections régionales et le choix des Français d’avoir donné la victoire à la gauche et aux écologistes rassemblés. J’ai estimé que bien sûr ils avaient exprimé le mécontentement dans le pays mais que la droite était toujours là et que le temps était maintenant à l’élaboration de solutions nouvelles pour sortir le pays de la crise. Nous sommes aujourd’hui dans une situation où nous avons le temps de définir une alternative avec nos partenaires. Le moment est à l’élaboration et viendra ensuite le temps des convergences solidaires.

Sur la question de la réforme des retraites, j’ai réaffirmé qu’il fallait sans doute tout mettre sur la table sans tabou. Si le gouvernement fait des propositions d’allongement du temps de travail il faudra des compensations. Mais l’essentiel étant d’avancer sur des mesures qui pérennisent notre système des retraites et cela nécessite plus de financement qui ne doivent pas seulement porter sur le travail mais aussi par exemple par la taxation des revenus du capital ou encore des banques qui font d’énormes bénéfices.



Les commentaires2 Commentaires

  1. topaz dit :

    Le bouclier fiscal est lié à l’ISF. Hier Michel Sapin a indiqué « qu’il serait souhaitable d’amender l’ISF, devenu un prélèvement inégalitaire », qui concerne, bien-sûr, quelques riches contribuables, mais qui grève aussi le budget de Français moyens qui y sont assujettis sur souvent leur seul patrimoine qui est aussi leur résidence principale. C’est une réforme fiscale de fond qu’il faut repenser, pas des petits amendements à la sauvette.

  2. Jean-Claude dit :

    J’apprécie votre honnêteté sur les retraites. Il est bon que la gauche en France ne reste pas hantée par les vieux démons de la gauche et ose dire qu’une réforme est nécessaire, pas de tabou mais un réforme juste pour nos futurs retraités et pour nos jeunes qui devront assumer le cout.