L’hystérie spéculative des marchés

par · 17 mai 2010

Les marchés ne voulaient pas de limite pour une meilleure rentabilité spéculative. Ils finirent par spéculer sur leurs spéculations et se refilèrent entre banques des produits fictifs comme actifs. Et ce fut le Krach !

Les marchés dépités, les banques éreintées, on évite le remake de 1929 par l’intervention des états via des « méga » plans de relance. Il fallu s’endetter pour sauver les banques et relancer les marchés. Une fois cela fait, les marchés se remirent à spéculer en partie sur les dettes de l’Etat. Les marchés exigent la réduction des déficits pour être rassuré, c’est à dire pour prêter et être remboursé avec de gros bénéfices. C’est à dire spéculer.

Mais ils s’inquiètent derechef, dès que les états décrètent des mesures d’austérité. Ils ont peur que la déjà faible croissance soit brisée. Ce qui contrarierait la spéculation. On nage en pleine hystérie !