Strauss-Kahn n’est toujours pas candidat… Et ils en ont peur !

par · 22 novembre 2010

Si à l’Elysée on affecte une certaine distance pour se rassurer: il ne viendra pas… On déploie même le décorum des chefs d’état. Histoire sans doute de lui dire, pourquoi chercher ce que vous avez déjà. A l’UMP Jean-François Copé nous fait sa tête d’énarque pour nous dire doctement et un brin sentencieux: « DSK, vous rigolez, il n’est pas de gauche, c’est la deuxième droite… » Et à l’extrême gauche on répond en coeur « on est d’accord ».

Michel Rocard le trouve tellement utile qu’il faut qu’il reste au FMI, le baptisant au passage « roi du monde ». D’autres le pressent de se déclarer, tout en trouvant normal que Nicolas Sarkozy le fasse dans plus d’un an. D’autres enfin estiment que tant que la question n’est pas tranché, les socialistes sont handicapés. Oubliant que Nicolas Sarkozy est dans les cordes et que son camp a, à l’évidence, des pratiques contestées mais pas de programme à présenter.

Bref DSK est partout, alors qu’il n’est nulle part en France. Pourquoi s’énerver alors qu’il n’a pas parlé ? Pourquoi se gausser s’il est si facile à battre ? Pourquoi s’offusquer alors que son réformisme ouvrait un champ inespéré à la gauche de la gauche ? Pourquoi vouloir en faire le maître du jeu du temps alors qu’il est au FMI à plein temps ? Nul doute que s’il ne venait pas, les mêmes crieraient au génie tellement ils ont peur qu’il vienne ! Mais dans ce cas ils ont tort de sous estimer Martine Aubry. La gauche de la gauche n’aurait plus d’argument. Et la droite, contrairement à ce que disent les éditorialistes moutonniers, n’aurait qu’un bilan miteux contre le projet de « faire mieux ».

Décidément, ils ont raison d’avoir peur !

catégorie Ecrits, Expressions

Les commentaires5 Commentaires

  1. topaz dit :

    Si l’on décortique le titre de ce post, il y a quelque part dans le « toujours » pour celui qui est partout une connotation de « pas encore ». Mais bien sûr, vous êtes Camba dans la confidence et au secret.

  2. topaz dit :

    Spectateur de la vie politique depuis 2002, Lionel Jospin réapparaît en acteur de cinéma -1minute 35 à l’écran et dans sa vraie peau. Est-il toujours socialiste ou contaminé par le bling-bling diront les esprits pervers ? Que pense Jospin en 2010 des méandres du PS ? Votera-t-il DSK s’il est candidat, lui qui n’a rien fait en 2006 pour appuyer sa candidature ?

  3. topaz dit :

    Arnaud Montebourg, lui, est bien candidat. « La France a besoin de créatifs, d’inventeurs des temps futurs et de transformateurs » … Confondrait-il programme présidentiel et projet publicitaire ? Il se présente dans une posture de « nettoyeur », mais il n’est pas Jean Réno et nous ne sommes pas dans la fiction.

  4. topaz dit :

    L’indifférence est le plus grand des mépris, une grande force disait Mitterrand. C’est l’arme qu’a choisie DSK. Pour des raisons différentes, à gauche comme à droite, chacun croit, espère, argumente qu’il ne sera pas candidat et prépare en secret son plan B. Ce n’est pas une nouveauté et personne n’a besoin de justifier qu’il est un homme de gauche.

    Les caciques du PS ont en commun d’avoir de très jolies femmes. Nous savons maintenant qui est la compagne d’Arnaud Montebourg. La politique c’est plus exposant que la cuisine !

  5. dominique ch dit :

    D’accord, mais cela commence à faire longuet.., comme perpective , ne peut on vraiment pas accélerer les choses?