Le demi aveu de François Fillon

par · 1 décembre 2010

Le fait que l’entourage de François Fillon se sente obligé de faire une mise au point en marge du sommet de l’OSCE à Astana, à propos de ma formule sur l’ouverture des primaires est en soit un indice. Mais le fait que cet entourage prenne le soin de dire « c’est à Nicolas Sarkozy de dire s’il est candidat » est une confirmation qu’à Matignon on pense qu’il ne sera pas en état de se présenter. C’est le demi aveu que la confrontation a commencé à droite.

catégorie Actualité

Les commentaires3 Commentaires

  1. topaz dit :

    Plus le temps nous rapproche de la primaire, plus nous entendons les responsables socialistes nous dire qu’ils n’y étaient pas favorables … Lorsqu’elle a été soumise au vote des militants sous la forte pression de la jeune génération, elle paraissait très lointaine et n’était pas la priorité du moment. Aujourd’hui elle est à l’ordre du jour et un douloureux caillou dans le pied du PS, qui a eu du mal à gérer 200.OOO militants et qui ne sait pas trop comment engager la partie avec deux à trois millions de votants …

  2. topaz dit :

    Martine Aubry fait partie de ces travailleurs de l’ombre, qui comptent dans l’histoire et qui contribuent à l’écrire. Elle n’a pas envie d’être présidente mais respecte la parole donnée au dernier congrès, même si elle a dû maintes fois être tentée de jeter l’éponge. Si la gauche gagne le PS devra s’en souvenir de cette abnégation rare en politique !

  3. topaz dit :

    François Fillon creuse son sillon … La décision de Nicolas Sarkozy dépendra probablement de celle Dominique Strauss-Kahn. L’un comme l’autre ne prendront pas le risque d’être battus.