Les leçons de la victoire de Silvio Berlusconi

par · 15 décembre 2010

Pourquoi Silvio Berlusconi n’a pas été renversé ?

D’abord parce qu’il s’est donné les moyens, si on peut dire, pour « convaincre » quelques parlementaires. Mais ce n’est pas l’essentiel. Aucune formation n’a intérêt à des élections. La Ligue du nord devient le pivot de la majorité et ne veut pas être dans l’opposition.

Fini ne pèse que par la menace, mais le passage à l’acte ruinerait celle-ci. Quand à l’opposition de centre gauche, elle est trop divisée pour y aller. Enfin l’économie est dans l’oeil du cyclone étant donné l’endettement colossal du pays et les décideurs n’ont pas envie d’aventure. Reste que ce statu-quo, coupe des élites prudentes, voire apeurées, du peuple confronté à la hausse du chômage, aux inégalités et à la rage vis-à-vis de l’image de l’Italie donnée par Silvio Berlusconi.

Reste que lorsqu’au sommet on ne peut plus et dans le peuple on ne veut plus, sur fond de régression sociale, c’est la crise voire l’explosion programmée. La voix électorale étant bouchée. Ce que ne voit pas les laudateurs de Berlusconi, c’est que l’Italie est devenue le « maillon faible » de l’Europe. Dirigée par un bouffon grotesque confronté à la crise économique non maîtrisée avec une classe politique impuissante et un peuple au delà de la colère. Tout est possible dans cette décomposition politique sous les applaudissements impavibles de l’Europe.

Les commentaires1 Commentaire

  1. giovannini giuliano dit :

    Monsieur Cambadelis,

    je suis un electeur de gauche italien et je suive avec

    attention l opinion des socialistes francaises sur la politique italienne.

    Je suis d acord avec vous sur le role de l opposition italen qui il reste

    divise et ne pas capable de renverser le gouvernement berlusconi.

    Je desir de voir avec plus attention l opinion des socialistes francais

    sur mon pays. merci beaucoup

    giovannini giuliano