Paillé viré ! En route vers la « copéïsation » de l’UMP

par · 6 janvier 2011

On avait déjà remarqué cette tendance lorsqu’il était président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale. Jean-François Copé n’aime pas jouer collectif et sous le masque avenant de l’humilité, l’autoritarisme agacé pointe toujours. Mais il y a dans la décision de Jean-François Copé une dimension politique, outre la nouvelle gifle infligée aux ex-centristes, ce qui en soit un aveu. Non seulement un conflit oppose Jean-François Copé à François Fillon et Xavier Bertrand. Mais il veut s’émanciper de la tutelle de Nicolas Sarkozy. Jean-François Copé ne veut ni que la parole de l’UMP soit portée par un autre ni qu’un proche de Nicolas Sarkozy donne le tempo. Bref, Jean-François Copé cherche à imposer son leadership. Que ce soit via la question des 35h ou de l’organisation de l’UMP. Il y a fort à parier que le patron de l’UMP a un petit calcul en tête. S’imposer si Nicolas Sarkozy gagne, se substituer si Nicolas Sarkozy perd. Et si Nicolas Sarkozy jetait l’éponge pour brûler la politesse à François Fillon… ?

catégorie Ecrits, Expressions