Marine Le Pen a raté la banalisation du mal

par · 16 janvier 2011

Héritant du parti de son père, face à un pâle faire-valoir, Marine Le Pen était entrée en campagne en promettant la banalisation pour la progression. Devant l’hostilité des nationaux catholiques ou des historiques de l’extrême droite, etc. elle a dû donner des gages. Son dérapage sur l’occupation de la rue par des musulmans priants avait cet objectif. Et son discours martelant que la France ne sera pas un califat, procède de ce retour à l’orthodoxie. C’est la préférence nationale chère à l’ancien délégué du FN, Bruno Mégret. Le FN reste un parti de guerre civile. Reste la « marinemania » ou la fascination morbide pour la nouvelle présidente du FN. L’embellie sondagière est une colère, pas une promesse. L’immense majorité des Français ne souhaitera pas l’arrivée du Front National au pouvoir. Par contre, ils l’instrumentalisent pour marquer un mécontentement absolu.

Cette progression n’est pas dû à un discours social. En quoi propose t-elle autre chose que Nicolas Sarkozy ? Marine Le Pen, en ce domaine, c’est Nicolas Sarkozy en pire !

Mais il faut aussi analyser une autre instrumentalisation, celle de la droite au pouvoir. Nicolas Sarkozy se drape dans l’horreur d’un phénomène qu’il a lui même alimenté. En même temps, la constatation faussement apeurée de la montée de Marine Le Pen, légitime son discours pro-frontiste au prétexte qu’il faut le dégonfler. Ensuite c’est un profond vecteur d’union de l’UMP pour éviter un 21 avril à l’envers.

Enfin, la presse qui se morfond de ne pas avoir de candidat socialiste pour organiser le match, est bien contente d’entretenir la peur.

Bref, tout le monde instrumentalise un mouvement artificiel lui-même l’expression d’une colère française bien réelle…

Les commentaires1 Commentaire

  1. topaz dit :

    Il est des fascinations qui peuvent lever des troupes. Marine Le Pen ou son père, ce n’est pas tout-à-fait, comme le prétend l’UMP même combat. Le PS semble plus prudent et il a raison.

    Laurent Fabius exprime sa pensée. Anticipation salutaire ? Veut-il préparer son parti à jouer la carte de l’intérêt général ? Une nouvelle troïka de l’ombre Aubry, Fabius, DSK à la manoeuvre ?