A gauche, la machine à perdre est de retour !

par · 24 janvier 2011

Non seulement Jean-Luc Mélenchon fait de la défaite du PS un choix stratégique.

Non seulement les écologistes avec Nicolas Hulot s’éloignent d’un pacte à gauche.

Non seulement nous sommes à dix candidats aux primaires socialistes, avec comme conséquence un brouhaha bavard.

Non seulement les candidatures se multiplient à gauche, bonjour le deuxième tour s’il y en a un !

Non seulement Ségolène Royal mine le respect du calendrier pour mieux sous-entendre que Martine Aubry ou DSK n’ont pas d’appétit, démontrant s’il en était besoin qu’elle ira jusqu’au bout.

Mais les sondages hors normes préparent des baisses déstabilisatrices, et instillent les affres de la division.

La cote d’alerte est atteinte !

La gauche, sûre d’elle, mine consciencieusement la victoire, enivrée par des sondages irréels.

catégorie Ecrits, Expressions

Les commentaires15 Commentaires

  1. Thanel Edmond dit :

    Il s’agit peut-être après tout d’une simple erreur de manip…je publie à nouveau ma réponse au billet :)…

    Cher camarade,
    Je viens pas si souvent que cela lire ta prose…Depuis bien longtemps…mais encore davantage depuis Reims, je considère ta parole comme un tant soit peu orientée 🙂

    Aussi, quand j’ai pris conscience du buzz que faisait ton billet, somme toute assez peu consistant, je me suis fait violence et me voilà à te donner mon avis de simple militant très attaché cependant et aux valeurs de la gauche et au parti socialiste…Or je vois se déliter nos valeurs et je vois beaucoup de mes camarades déserter le parti. Ne nous le cachons pas, nous avons perdu beaucoup, mais beaucoup plus que les fameux adhérents à 20€ dont vous avez fait la chasse (il y a fort à penser que ceux-ci participeront au vote des primaires 🙂

    Dans cette épure faite par la direction depuis Reims, c’est à dire 70? 80000 adhérents? que représentes-tu? que représente Dominique? Pour le savoir il faudrait que son idéologie soit exprimée, que son clivage potentiel soit mis sur la table, que sa différence d’approche soit claire??? Ce sont bien les primaires qui doivent permettre ça, non? et les primaires, elles ont été votées par près de 80% des adhérents non?

    Alors celles et ceux qui aujourd’hui cultivent leur terrain idéologique; celles et ceux qui aujourd’hui travaillent à mettre de la cohérence dans leurs idées; celles et ceux qui s’exposent , qui confrontent, qui consultent les français…celles et ceux là travaillent pour la gauche, pour la parti, pour le programme, pour le projet.

    La seule argumentation que tu puisses opposer, c’est une stratégie permettant à Dominique de rester au chaud pour l’épargner d’une confrontation qu’il redoute, d’une stratégie qui avec l’aide complaisante de certains médias essaie d’imposer une solution « qui va de soi » plutôt que de passer par l’exercice de la confrontation idéologique…

    Pour cacher ça, tu utilises des méthodes, dont certes tu nous as un peu habitué, mais qui ne sont pas très dignes d’un collectif…on voit bien d’ailleurs à quel point les médias s’en délectent…c’est tout dire.

    Tes suppositions, tes allusions ne sont que tentatives de discréditer Ségolène Royal. Tu n’y ais pas parvenu à Reims, ni avant ni après, mais tu t’obliges encore à la désobligeance 🙂

    De ce point de vue, ce qu’on a nommé l’accord de la carpe et du lapin fonctionne à merveille…c’est un peu les seuls fondamentaux que vous ayez partagés mais ils tiennent bons!

    Tout cela finira par être contre-productif. Je considère que ton billet n’apporte pas grand chose au débat, qu’il ne participe pas à apaiser, à réconcilier le socialistes entre eux….je pense même que c’est un peu user de la même méthode que celle que tu critiques si souvent, celle de Sarkozy qui oppose les français entre eux…

    A continuer comme ça, tu vas rendre très difficile la mobilisation de beaucoup de camarades derrière Dominique…s’il s’avérait qu’il était choisi par les français…de gauche 🙂 et ce faisant tu rends également fort difficile la conversion d’un camarade qui soutient Ségolène Royal

    Qu’on se le dise!
    Amitié socialiste
    Edmond

  2. topaz dit :

    Ségolène est très futée. Non seulement elle occupe l’espace mais elle fait feu de tout bois. Ce soir chez Guillaume Durand elle réussit à se rendre « sympathique » aux yeux des Français sans parler politique … Pourvu que les électeurs ne soient pas dupes de ses machiavéliques calculs ! Son instinct de conservation est inaltérable et peu importe les dommages collatéraux ! Elle sera toujours un électron libre et imprévisible, et il sera impossible pour le PS de la libérer sur parole, et même pas sous caution car personne ne voudrait s’y risquer !

  3. topaz dit :

    @ Lika – Je suis d’accord. Nicolas Sarkozy a eu le courage d’engager les réformes que la gauche aurait pu, dans les intermèdes de cohabitation, mettre en oeuvre. Elle ne l’a pas fait. En 2012, les paramètres croissance, dette, Europe seront encore exacerbés.

  4. topaz dit :

    Un PS cohérent, apte à se gérer en interne … Ce n’est pas son truc au PS et depuis longtemps. Il est comme l’oiseau blessé posé sur la branche d’un arbre mort. Saura-t-il guérir ses blessures avant que l’arbre ne tombe ?

  5. arnozh dit :

    D’où je parle ? Je ne suis pas « strauss-kahnien » mais je reconnais partager tout ce diagnostic. Aujourd’hui.
    En souhaitant que demain le PS utilise les réalités, les travaux, les analyses (je pense là à l’excellent bouquin « pour une révolution fiscale » par exemple, la fiscalité peut corriger, elle a un vrai pouvoir). Attention, tout semble indiquer que Sarkozy est en danger. Mais seul un projet mobilisateur, cohérent, idéologiquement clair et un-e chef nous feront gagner. Ne jamais sous-estimer son adversaire.

  6. dominique ch dit :

    ..et puis , on a un peu honte , alors qu’en Tunisie la démocratie s’est mise en marche avec panache et douleur, on est pas fichu au ps de gérer notre petite démocratie interne

  7. Patrick P. dit :

    Un PS plus serein et cohérent serait d’ores et déjà profitable à ses candidats aux cantonales et à ses ambitions aux sénatoriales.

  8. Lika dit :

    @ topaz :Ce n’était pas non plus « un parcours de santé pour Sarko.

  9. noémie43 dit :

    certes ce brouhaha est démobilisateur. Fallait le dire. L’ image est mauvaise. D’autant que se mettre en campagne trop tôt comme cela est démontré.
    mais aussi brouhaha qui de fait, peut empêcher d’entendre les propositions de la gauche, dont celles des socialistes – toutes les semaines des nouvelles – et 4 conventions mises sur site pour déjà connaître intentions et objectifs. et projet pour Mars. Il suffit en fait d’être curieux et de lire. Mais par certains plateaux télé, ceux-celles qui passent superficiellement sur les choses. Comme S.Royal qui visiblement hier à la télé, ne connaissait pas le travail pourtant publié de son parti. Alors c’est dur à suivre oui. .
    reste à bien faire monter ce qui est de gauche, ça se voit déjà, les partis publient. pour du rassemblement. dont au 2e tour, si personne ne vient saborder cela effectivement.

  10. lalou dit :

    Et si le PS avait un vrai programme, et qui plus est (rêvons un peu…), un programme de gauche, ce serait peut-être plus facile de rassembler les troupes, non? .

    Si le PS ne fait plus l’unité à gauche, qu’il s’en prenne d’abord à lui-même !

  11. centsous dit :

    100% raison !
    Le projet est plus développé pour les primaires « loyale » que le projet qu’attendent les français !
    Pour l’heure les seuls qui ont un vrai programme point par point c’est le MoDem et M. Le Pen..
    Toute la France en paiera les conséquences.

  12. topaz dit :

    N’oublions pas Marine Le Pen qui va réunir en 2012, dans un melting-pot frontiste, les déçus de la droite et de la gauche et qui fera un score étonnant. Alain Duhamel, vieux briscart du journalisme politique, a été « scotché » il y a quelques jours par ses talents de débatteur et son aptitude à éviter habilement tous les pièges qu’il lui tendait …

  13. topaz dit :

    Qu’il soit de droite ou de gauche, le locataire de l’Elysée en 2012 devra prendre des mesures drastiques pour pallier l’apathie de l’économie du pays. L’engouement de son élection deviendra vite un pâle reflet de l’impopularité qu’il suscitera, s’il dit la vérité aux Français et agit en conséquence. A gauche, seul DSK, dont le passage à Bercy fut salué par toute la classe politique, peut relever ce défi. Car pour lui, c’est un défi avec beaucoup de turbulences en perspective. Alors qu’il est le maître du monde et qu’il peut le demeurer en briguant un second mandat au FMI, il serait probablement -pour son pays et pour son parti- prêt à l’assumer. La gauche française va-t-elle se réveiller ?

  14. dez dit :

    Avec un peu de chance, la plupart des autres partis auront désigné leur candidat ou un unique candidat avant le PS. Pendant que les autres trusteront les plateaux TV, les socialistes se déchireront aux primaires et les luttes intestines feront les choux gras de la presse. Bien que pro-primaires, je pense que le PS aurait du désigner son candidat au lendemain de 2007…

    Bref, pour éviter la machine à perdre, il faut des ralliements. Que les socialistes prennent leur responsabilités, que les « ténors » auto-déclarés désignent un candidat qui aura le devoir d’établir des accords pré-électoraux avec les autres partis à gauche. Personnellement, je n’ai pas envie d’attendre encore un an la candidature officielle de DSK. On n’a que trop perdu de temps.

    dez

  15. topaz dit :

    On ne peut que tout valider et aussi ajouter que, si, par un coup de vent du destin, la gauche revenait au pouvoir en 2012, ce ne serait pas, dans le contexte économique de la France, pour le président élu un parcours de santé.