Affaire Laetitia: Une colère légitime, un bouc-émissaire inadmissible.

par · 4 février 2011

La colère face au lâche assassinat de Laetitia retrouvée violée, démembrée, par un délinquant clairement dangereux est légitime. On aurait tord de ne pas comprendre l’émoi populaire face à une telle barbarie. On ne peut pas être sur le registre « c’est la faute à pas de chance ».

Pour autant la stratégie du bouc-émissaire présidentiel est inadmissible.

D’abord, parce qu’elle est injuste au regard des conditions de travail des magistrats.

Ensuite, parce qu’il instrumentalise à des fins partisanes un légitime émoi: la remontée sondagière du Président.

On peut d’ailleurs noter que la posture de surplomb présidentielle n’aura pas durée 15 jours. Nicolas Sarkozy au premier incident, pour un gain incertain, descend de son Olympe médiatique. Au total, Nicolas Sarkozy aura divisé, inquiété et se sera dé-présidentialisé.

Les commentaires1 Commentaire

  1. topaz dit :

    Il y a plus de trente ans, Christian Ranucci -un jeune de 20 ans- a été guillotiné, alors qu’il était très probablement innocent, suite à un procès baclé dans une affaire du même genre. Aujourd’hui plus de peine de mort, mais certainement des pulsions de justicier de la part des proches et des délinquants sexuels plus nombreux, arrêtés, relâchés, récidivistes … Aucun enfant n’est à l’abri, à la sortie de l’école, de ces malades pervers, toujours plus nombreux, parce qu’exemplaires dans nos prisons surchargées et vite rendus dans la nature à leurs vices. La politique réfléchit mais n’a pas le courage de sévir. Que se passerait-il si un tel drame survenait dans le quotidien d’un politique en vue ?