Egypte: Manifestation réussie mais non aboutie !

par · 4 février 2011

Les partisans de Hosni Moubarak ont tenté, hier, de faire refluer la mobilisation par la terreur. La « manifestation pour le départ » a été un succès mais n’a pas atteint son objectif. Dans cet « entre deux » l’armée s’affirme comme le garant de la paix civile. Protégeant le rassemblement mais bloquant toute marche dans la ville qui aurait pu tout faire basculer. Mais maintenant où allons nous alors qu’aucun camp ne cède ? A chaque moment la situation peut basculer dans un sens ou dans un autre. Mais la transition – comme on dit maintenant – est engagée. Hosni Moubarak va partir. La question politique va se concentrée sur la révision de la constitution. C’est la deuxième clé après le départ du président égyptien. Aurons nous un changement de la constitution puis départ ou l’inverse ? C’est l’enjeu des heures, des jours à venir. Le Vice-Président Souleymane cherche à impliquer l’opposition et les frères musulmans dans l’évolution de la constitution. Ces derniers voulaient l’inverse. On en est là !

catégorie Ecrits, Expressions

Les commentaires2 Commentaires

  1. topaz dit :

    Bonne interview de Laurent Fabius dans le JDD. Ce n’est plus le SMIC à 1500 € mais la détermination, le chemin, la vision … des thèmes que DSK martèle depuis longtemps et qui semblent s’imprimer chez les responsables socialistes. Tout le monde en parle. Il aura fallu 4 longues années pour cette prise de conscience ! Le PS saura-t-il passer à l’action avant 2017 ?

  2. topaz dit :

    On se souvient soudain d’un rapport de Dominique Strauss-Kahn … qui alertait sur l’instabilité préoccupante des pays d’Afrique au taux de chomage exponentiel, ce qu’il qualifiait de bombe à retardement dans l’équilibre mondial. Vous vous êtes beaucoup exprimé dans la presse et sur votre blog suite aux évènements en Côte d’Ivoire, en Tunisie puis en Egypte. La voix de Martine Aubry fut sur le fond plus silencieuse. On peut toujours critiquer les positions de Sarkozy, mais probablement peu de personnes à gauche et à sa place auraient fait mieux. Cette rébellion qui s’amplifie à l’échelle d’un continent s’invite dans la pré-campagne présidentielle française et il va bien falloir lui répondre. Une mise à l’épreuve pour les nombreux candidats socialistes qui se croient prêts … à être président de la république.