Où va la France ?

par · 5 avril 2011

Nous sommes dans un tournant délirant. Le pouvoir conspué, tente de se rétablir en actionnant tous les leviers du populisme. L’islamophobie avec les déclarations à répétition de Claude Guéant, sorte de Jean-Pierre Stirbois à l’intérieur. L’homophobie où Mme Nora Bera s’en prend aux homosexuels suggérant qu’ils seraient inaptes aux dons d’organes. La guerre décidée seul, sans mandat, en Côte d’Ivoire où Laurent Gbagbo devrait se retirer et la France ne pas s’impliquer. Et puis, pèle-mêle les menaces de Mme Lagarde contre des parlementaires, des débats hallucinants et hallucinés sur l’Islam, des appels « à la terre qui ne ment pas », aux accents de tristes souvenirs. Mais où va t-on dans ce concours Lépine plus à l’extrême droite que moi tu meurs ? La France est un bateau ivre et l’UMP « marine » dans les eaux boueuses de l’extrême droite pendant que le pouvoir se fractionne en de multiples conflits: Copé/Fillon/Borloo/Sarkozy/Villepin.

Pendant ce temps là, le coût de la vie devient de plus en plus insupportable. Le chômage continue. Les déficits réduisent les marges de manœuvre de la France. Et pendant ce temps là, Marine Le Pen monte en proposant de « raccompagner » 4 millions d’immigrés aux frontières et de sortir de l’euro, sorte de ligne Maginot contre la mondialisation. Tout cela sous l’oeil consterné de l’opinion publique européenne qui assiste à la Faillite de Nicolas Sarkozy.

Les commentaires2 Commentaires

  1. topaz dit :

    La gauche déplore l’état des lieux de la France, la droite critique le projet socialiste, les Français sont nombreux à penser que, dans le contexte, la gauche ne ferait pas mieux que la droite. Alors le sort de 2012 se jouera ailleurs : il dépassera le programme socialiste ou la poursuite du chemin sarkozyste pour placer le curseur du choix dans la personnalité et les compétences des finalistes. La donne de l’élection sera chamboulée, atypique, la droite traditionnelle pourrait voter à gauche, la gauche modérée pourrait voter à droite, l’une comme l’autre pourrait par dépit ou par sanction voter FN. Que feront les centristes et les écologistes ? Auront-ils encore un vrai choix au second tour alors qu’ils pourraient peser largement dans l’issue du premier ? C’est pourquoi la primaire socialiste est à haut risque. Elle n’a pas droit à l’erreur. Elle est le socle déterminant de cette présidentielle.

  2. topaz dit :

    C’est peut-être vrai, Camba, mais soyez très vigilant pour faire croire qu’elle pourrait aller mieux … C’est vous qui êtes le gardien du temple.