Sarkozy dans les livres

par · 26 avril 2011

Le week-end fut beau et j’ai donc rattrapé mon retard de livres, quelques romans intéressants, mais en deçà du monde, palpitant. Je ne les citerai pas, ils furent à la mode. Je les ai déjà oubliés. Quelques livres politiques ont attiré mon attention malgré la chaleur. D’abord le Giesbert: « M. le Président ». L’homme est à la politique ce que Lacouture est à l’Histoire. Il y a du Saint-Simon chez le vrai-faux patron du Point, chez cet aristocrate du journalisme qui aimerait tant parler de lui, comme son dernier ouvrage le laisse entrevoir. Son Sarkozy est signifiant et avouons – le, signifié. Si son Mitterrand était romanesque, son Chirac pittoresque, son Sarkozy est « picaresque » et passablement agacé. Point d’histoire, juste 50 chapitres, parfois de 3 pages, comme si l’homme décrit n’était qu’une multitude de faits sans cohérence interne. Ce sont des scénettes offrant, avec brio et parfois un surplomb un peu méchant, les facettes d’un homme qui s’efface devant l’événement. Ce n’est pas un homme d’état qui est décrit mais c’est un homme dans tous ses états. Colérique, énergique, aventuriste mais sans épaisseur historique. A la fin de ce récit hachuré, on a mal au coeur, malgré le bonheur de l’écriture. Et on se dit: l’un des deux n’est pas au rendez-vous.

Le rendez-vous c’est bien le problème du deuxième livre politique. Ce fameux « off » de Michel Szafran et Nicolas Domenach livre, transgresse, sur un homme transgressif. Là, les deux compères qui furent fascinés, décrivent un ado dans le monde des grands. C’est Alice au pays des merveilles de la politique. Scènes hallucinantes, répliques confondantes, situations affligeantes, tout converge vers un « Nicolas le petit ». On est un peu interdit à la sortie devant cet homme qui agit avec la France comme avec ses amours. Le livre dit ce que Nicolas Sarkozy n’aurait pas dû dire dans le off. Ce portrait complète le premier, sans le contredire loin s’en faut.

Le troisième livre c’est « le nègre du Président » de Daniel Carton, pour l’auteur de « bien entendu c’est off » comme diraient Domenach et Szafran, le roman confirme la réalité. Dans un road movie sarkozyste, l’auteur invente le parcours, aussi vrai que les précédents, d’un « nègre » de Sarkozy plus vrai que nature. On reconnaîtra des proches éconduits et des faits vérifiés. Au total, même en ces jours de Pâques, on en sort avec l’idée que l’homme est là par obsession mais pas par conviction. Il vaudrait mieux que ces 5 années ne soient qu’une parenthèse.

Franz-Olivier Giesbert « M. le Président, scènes de la vie politique 2005-2011″, Flammarion, 286 pages, 19,90 euros
Michel Szafran et Nicolas Domenach « Off: Ce que Nicolas Sarkozy n’aurait jamais dû nous dire », Fayard, 18 euros
Le nègre du Président par Daniel Carton, Hugo et Compagnie, 15€

catégorie Ecrits, Expressions