Laurent Blanc bleu

par · 6 mai 2011

La enième crise de la FFF a un ressort aveuglant: la marchandisation du football. Les propos tenus dans un huis clos du football procèdent du darwinisme plus que du racisme. On peut résumer ce café du commerce même pas aviné: comment trouver un nouveau Messie ? Si on me pardonne ce jeu de mots.

L’objectif est bien sûr de se passer du foot amateur qui est un frein à l’extension du marché. Alors Lilian Thuram a raison, les propos sont inacceptables parce qu’on touche à des enfants. Mais il n’est pas interdit de voir que ce ne devait pas être les premiers propos pour qu’ils soient enregistrés, qu’ils soient révélés pour discréditer, n’est-on pas en phase électorale à la FFF ? Mais surtout qu’ils participent de ce qui se dit en haut lieu sur l’inaptitude à la civilisation du continent africain, ou la tendance à la délinquance d’autres. Ce courant s’exprime en France, pourquoi nous ne le retrouverions pas dans le football ? La hantise du métissage, la glorification de l’argent, la sacralisation de l’identité, etc. A partir du moment où au sommet de l’Etat il n’y a plus de parole normative, il peut difficilement en avoir chez les retraités du foot qui l’administrent.

catégorie Ecrits, Expressions