[Parti Socialiste] L’arrivée de migrants ne doit pas être prétexte à un recul de l’Europe

par · 12 mai 2011

Communiqué commun de Sandrine Mazetier, Secrétaire nationale à l’Immigration, Jean-Christophe Cambadélis, Secrétaire national à l’International et Jean-Jacques Urvoas, Secrétaire nationale à la Sécurité.

Les ministres européens se réunissaient aujourd’hui pour évoquer la possibilité de rétablir des contrôles aux frontières intérieures de l’Union.

Le Parti socialiste dénonce cette remise en cause de la libre circulation des personnes, droit fondamental garanti aux citoyens de l’Union européenne depuis vingt ans.

L’attitude française a favorisé par effet domino une demande de rétablissement des frontières partout en Europe. La décision du gouvernement danois en est une parfaite illustration

Le rétablissement des contrôles intérieurs s’inscrirait à rebours de la construction européenne. Et alors que les forces de police n’ont déjà plus les moyens de lutter vraiment contre la délinquance sur le territoire, ils auront en plus à contrôler les frontières. Comment alors garantir la sécurité intérieure ?

Loin d’apporter une réponse à l’afflux ponctuel de migrants, ce repli sur soi reflète surtout une absence de vision à long terme des gouvernements en place.

Pour le Parti socialiste, l’arrivée de migrants tunisiens ne doit pas servir de prétexte à un recul de l’Europe mais doit au contraire trouver une réponse dans le travail collectif au sein de l’Union.