Un tournant: Jean-Louis Borloo s’en va

par · 14 mai 2011

Après la percée de Marine Le Pen à l’extrême droite, la sécession de Jean-Louis Borloo est un tournant majeur dans la pré-campagne présidentielle.  Non que Jean-Louis Borloo devancerait Nicolas Sarkozy. Et si l’ancien ministre était candidat, il y a fort à parier qu’il retirerait sa candidature si Sarkozy risquait d’être éliminé. Mais, il s’agit là de la sanction symbolique d’une perte de leadership. Un perte de confiance dans l’avenir du président sortant. C’est d’ailleurs la raison du raidissement des sarkozystes contre la gauche. Évidemment dans l’entourage présidentiel, on tente de faire de ce revers un atout : le double élargissement le FN et le centre pour le second tour. Mais l’épisode du RSA montre que cela ne marche pas. Parce que le ressentiment anti – sarkozy est à son comble et le bilan ne passe pas. Et provoquer l’union par le rejet des socialistes ne passe pas plus. Alors, la droite se fragmente.

catégorie Ecrits, Expressions