La lutte contre le décrochage scolaire doit être une priorité nationale et celle de l’éducation nationale !

par · 15 juin 2011

L’UMP a rejeté par 273 voix la proposition de loi déposée par les députés du groupe SRC concernant la lutte contre le décrochage scolaire.

Chaque année, plus de 150 000 jeunes quittent le système scolaire sans diplômes et sans qualification.Ils sont pour la plupart livrés à eux même sans espoir parfois de trouver des débouchés professionnels.

La lutte contre le décrochage scolaire doit être une priorité nationale et celle de l’éducation nationale.

Les conséquences sociales et économiques de l’échec scolaire sont terribles et parfois extrêmement excluantes.

Au delà des annonces successives de suppressions de postes, de fermetures de classes, d’absence de politique de remplacements, de suppressions des postes d’enseignants et de personnels spécialisés, de recours à l’exclusion ou à la suspension des allocations familiales pour lutter contre l’absentéisme…, il apparait urgent, pour nous, de reposer les bases d’une politique de lutte contre le décrochage scolaire qui permette à la fois de trouver des solutions pragmatiques et précises pour éviter le décrochage scolaire et non pas simplement des arguments visant à stigmatiser, discriminer ou punir les décrocheurs et leurs familles.

Parmi les mesures proposées, visant non pas à s’attaquer aux conséquences mais bien aux causes, nous avons proposé :

– L’ allongement de la scolarité obligatoire à 3 ans ;

– La mise en place de mesures d’accompagnements et de médiation pour les élèves notamment liés à l’exclusion ;

– L’abrogation des dispositions stigmatisantes notamment liées à la pénalisation des élèves absents … .

Force est de constater que le gouvernement n’est pas réceptif à s’attaquer aux causes de l’échec scolaire et à envisager des moyens supplémentaires pour que plus aucun jeune ne quitte le système scolaire sans diplôme ni qualifications.

Avec mes collègues du groupe SRC, nous nous sommes exprimés POUR la proposition de loi visant à lutter contre le décrochage scolaire.

Les commentaires3 Commentaires

  1. bleu-etoiles dit :

    désolé pour tous les impatients, du style FERRARI ou J.M.Apathie , il y a un calendrier auquel
    M.Aubry se tient . Il n’y a aucune urgence à se déclarer candidate avant le 28/06 , la primaire a lieu en octobre!
    plus elle reste dans son poste de 1ere secret., plus elle montre le travail qu’elle a effectué pour
    renover le PS;
    si sur TF1, elle ne s’est pas déclarée , sa pugnacité dans les réponses qu’elle a donné à démontrer en philigramme qu’elle était préte au combat!
    je n’ai pas senti le trou d’air , ou « topaz  » est tombé…………

  2. topaz dit :

    Eh bien c’est non, Martine Aubry est droite dans ses bottes … Elle a fait du bon travail mais elle n’a pas la stature d’un chef d’Etat. Le parti socialiste traverse un trou d’air. Soudain, comme par hasard, on se rend compte du vide béant laissé par celui qui ne sera pas là … pour la primaire. Pour la suite, rien n’est écrit.

  3. topaz dit :

    Cruel dilemme pour Martine Aubry qui, depuis longtemps, prépare en secret et bien, le retour de DSK … Placée du soir au matin dans une situation qu’elle n’avait pas envisagée et qui la propulse sur le devant de la scène sans répétition. Pour la quiétude du PS, pour le chemin à parcourir, pour rassurer tous les militants socialistes, pour influer sur les candidatures, peut-être serait-il souhaitable qu’elle fasse connaître sa décision rapidement, dans un sens ou dans l’autre. Peut-être demain sur TF1 … sans crier gare, comme son père autrefois face aux questions d’Anne Sinclair … Qui sait ?