PS/SPD: la rénovation à deux voix

par · 21 juin 2011

Depuis le congrès de Reims, la volonté de travailler sérieusement les convergences franco-allemandes a débouché sur un cycle de rencontres bilatérales autour des questions économiques pour l’essentiel tournées autour du pacte de croissance et du gouvernement économique de l’Union.

Pour cette séquence politique, le coup d’envoi avait été lancé lors du congrès du SPD à Dresde à l’automne 2009. La démarche avait été confirmée lors de la rencontre entre Martine Aubry et Sigmar Gabriel à Prague en marge du congrès du PSE en décembre de la même année.

Ce cycle vient de se terminer avec la visite de la direction du SPD à Paris. Aujourd’hui, nous avons reçu la direction du SPD et notamment Sigmar Gabriel au siège du PS. La journée a débuté avec un discours du chef de la social-démocratie allemande devant le groupe socialiste à l’Assemblée nationale.

Ensemble, nous avons mené un débat sur la situation économique dans les deux pays et dans la zone euro, les possibilités d’un pacte social de stabilité en Europe.

Nous sommes tombés d’accord sur l’idée d’une convergence européenne des politiques de solidarité en temps de crise. La déclaration commune adoptée ce jour est disponible ici.

Pour nous, la crise européenne n’est pas seulement financière, mais c’est aussi une crise de ce que représente l’Union européenne pour les citoyens.

Une semaine après l’initiative commune PS/SPD – de « proposition de résolution européenne » pour l’instauration d’une taxe sur les transactions financières, cette rencontre marque un début.

Nous avons décidé de travailler ensemble sur de nouveaux sujets: quelle politique énergétique ? Quelle diplomatie européenne ? Que faire pour les nouvelles démocraties arabes ? Quelle politique de défense ?

Si nous parvenons à poursuivre un tel travail dans la durée, cela peut avoir un poids décisif sur la relance d’une ambition européenne, solidaire et imaginative dans les années à venir.

 

catégorie Europe, Parti Socialiste

Les commentaires3 Commentaires

  1. topaz dit :

    « Il est toujours plus difficile de vivre au sommet, l’air y est plus vif et les responsabilités plus lourdes ». Dans des contextes très différents, Pierre Moscovici et DSK pourraient s’interroger sur cette parole de Nietsche, et, en particulier, sur le sens du mot « responsabilité », parce qu’un homme public ne peut pas faire ce qu’il a dit de ne pas faire, car, à la sortie du tunnel, il n’y a plus qu’un homme qui regarde dans le rétroviseur de sa vie …

  2. Anne Dardillat dit :

    D’accord avec Topaz.
    Si l’initiative PS-SPD se concrétise et se solidifie,l’Europe y gagnera en force.

  3. topaz dit :

    J’avais la conviction que DSK serait candidat à la présidentielle. J’ai la conviction que son affaire pour plusieurs raisons n’ira pas jusqu’au procès.