Les commentaires4 Commentaires

  1. Ananas dit :

    On demande aux strauss kahniens de s’occuper de leurs rosiers .Soit.Je vais attendre que les épines tombent.

  2. topaz dit :

    Europe 1 – On n’entend qu’une version. Pourquoi n’a-t-on pas écouté l’autre ? Mais DSK voulait s’exprimer. Son avocat l’en a empêché. Il y a eu mensonge, mais aussi relation sexuelle, et après probablement chantage et mise en scène. Je crois que DSK n’a pas imaginé l’ampleur dévastatrice de cette brève relation peu glorieuse pour lui, sinon il n’aurait pas demandé, au moment de son arrestation, s’il avait besoin d’un avocat, et il aurait relaté les faits et donné sa version. Nicolas Sarkozy avait certainement fourbi ses armes de campagne contre DSK, mais de là à le rendre instigateur d’une telle machination, c’est du délire absolu. Que l’Elysée soit au courant une heure après, soit quelques heures avant que France Info n’en parle, n’est pas anormal. DSK était alors un citoyen français à New-York, sur le point d’embarquer sur un vol Air France, au sortir d’un hôtel du groupe Accor. Quant à Tristane Banon … que cherche-t-elle ? 8 ans de réflexion ? Elle a raté son coup, elle aurait dû déposer sa plainte en 2007, elle aurait été célèbre … celle qui empêche DSK d’accéder au FMI !

  3. topaz dit :

    La vérité, seul Dominique la connaît. Il est la victime d’un dénigrement immense, mais aussi, hélas, de lui-même. Il en était conscient puisqu’il a dit « je tomberai à cause d’une femme ». Et vous avez souvent dit qu’il n’y avait que deux paramètres qui pouvaient empêcher sa candidature, Martine Aubry et lui-même …s’il n’était pas candidat. Il l’était, il ne pourra plus l’être. Souhaitons-lui de se re-construire pour qu’il soit dans sa vie à venir un homme debout, différent et réformiste pour lui-même. Il le doit à ses proches et à tous ses amis, privés et politiques.

  4. Patrick P. dit :

    Le plus grand tort qu’on pourrait faire, et à la campagne socialiste à la présidentielle, et aux chances de la gauche de l’emporter, et à DSK lui-mêmme, ce serait de vouloir faire de lui illico un candidat à la primaire. Beaucoup de nos adversaires en rêvent déjà.