Famine, il faut agir vite !

par · 16 août 2011

M. Jean-Christophe Cambadélis alerte M. le ministre d’État, ministre des affaires étrangères et européennes, sur la situation tragique dans la Corne de l’Afrique. Depuis le début de l’été, la Corne de l’Afrique connaît une famine tragique qui frappe des milliers de familles en Somalie, mais aussi au Kenya, en Éthiopie et en Ouganda. C’est la famine la plus grave depuis 60 ans. Plusieurs nations, ONG et institutions internationales ont lancé un cri d’alarme et nombre d’entre elles ont commencé des actions d’acheminement de nourriture dans ces pays. Il a bien noté que le gouvernement avait pris la décision d’envoyer un avion de fret humanitaire à Djibouti mercredi 10 août et que le Président de la République avait aussi décidé de tripler l’aide de la France, la portant à 30 millions d’euros d’aide d’urgence au profit des pays touchés par la crise alimentaire dans la corne de l’Afrique. Un tiers de cette aide a d’ores et déjà été allouée à des organisations internationales et à des ONG actives dans ces pays. Toutefois ces envois ne sont pas suffisants pour le moment par rapport à l’ampleur des besoins. Au niveau mondial en effet, seule une aide d’un demi-milliard a été débloquée alors qu’il en faudrait 1,2 milliards pour sauver 12 millions de personnes. Au-delà de l’aide humanitaire d’urgence, seul un plan de développement solidaire durable permettra d’assurer la sécurité alimentaire de ces pays notamment en luttant contre la spéculation sur les matières premières agricoles et en encourageant la production agricole locale. La France s’honorerait à réclamer une réunion internationale pour augmenter et coordonner l’action contre la famine, ainsi que préparer ce plan de développement solidaire. Il souhaiterait donc savoir quelle est l’intention de M. le Ministre d’état sur cette demande de réunion internationale et quelles autres décisions concrètes il envisage de proposer en urgence et pour empêcher qu’une telle catastrophe ne se reproduise.

Les commentaires1 Commentaire

  1. patrick dit :

    agir vite, peut-être mais surtout quitter le masque de la compassion et proposer des solutions pérennes à cette région.Par exemple, s’engager, avec l’Europe, dans un processus de paix dans la région. Bref, mettre à jour les groupes et les états qui profitent de la misère humaine dans cette région depuis des décennies.
    Les patches humanitaires ont fait leur temps, il faudrait passer à la vitesse supérieure…