François Fillon: de l’esbrouffe pour un pouvoir à bout de souffle.

par · 25 août 2011

Le énième plan d’austérité de François Fillon ressemble tellement à un compromis entre des intérêts contradictoires, que l’on se dit que cela a du être laborieux. Il fallait trouver 1o milliards sans revenir sur la TVA dans la restauration, ni trop écorner le dispositif des heures supplémentaires, vestige du sarkozisme triomphant, ni évidemment apparaitre trop marqué contre les salariés. Taxer la consommation sans réduire la croissance exsangue.

Alors François Fillon, pendant que Nicolas Sarkozy jouait les chefs de guerre avec le représentant du Conseil National de Transition en Libye, chercha la martingale et ne la trouva pas. Taxer les sodas, le tabac et l’alcool c’est tout à la fois socialement marqué et ne va pas rapporter. La taxation des plus riches ne devrait pas les faire fuir en Belgique. Et la mesure sur les heures supplémentaires est cosmétique. De l’esbroufe pour un pouvoir à bout de souffle.