Le Munich européen

par · 14 septembre 2011

La passivité et les discours lénifiants nous rappellent ceux que l’on tenaient avant, contre la catastrophe qui venait : la Seconde Guerre Mondiale. A chaque sommet, on avait sauvé la paix alors que la guerre s’avançait. Elle se nourrissait du renoncement des gouvernants. Le destin de l’Europe du 21 ème siècle se joue en ce moment et Nicolas Sarkozy fait de même.

On amuse les Français avec l’encadrement militaire des délinquants ou la préparation de son voyage en Libye. Pendant que nos médias vibrent aux derniers sondages, on est consterné par tant d’inconsistance à peine tempérée, par l’hésitation chronique de Madame Merkel.

Le couple franco-allemand aura réussi le tour de force de transformer les difficultés financières de la Grèce (2% du PIB de l’Europe et 350 milliards d’euros de dette) en crise de l’Euro, débouchant sur le possible éclatement de l’Europe et fait en tout cas de celle-ci le centre d’une nouvelle crise. On attend en vain que la France s’adresse aux peuples d’Europe en ouvrant le chemin du sursaut.

Comme lors du début des révolutions arabo-musulmanes, Nicolas Sarkozy est étrangement impassible. Impuissant à décider, à bousculer le destin, se transformant en une espèce de Chamberlain répétant qu’il a sauvé l’essentiel. C’est maintenant qu’il faut ouvrir grand large en plaidant un vrai chemin européen : gouvernement, solidarité financière, harmonisation fiscale, coordination des politiques économiques, euro bonds, grands travaux etc…

Malheureusement la France est aphone et les peuples s’entredéchirent entre refus de l’austérité et de la solidarité. Pendant que monte inexorablement un nationalisme islamophobe. On laisse ainsi aux générations futures une décennie de crise et de soubresauts. Les évitements sont les préludes aux plus grandes catastrophes.

catégorie Ecrits, Expressions

Les commentaires4 Commentaires

  1. topaz dit :

    JFK et DSK, Jackie Kennedy et Anne Sinclair … tellement de points communs entre l’Amérique et la France, de destins contrariés cinquante ans plus loin dans l’Histoire.

  2. topaz dit :

    Bien et pro les modalités prévues du débat télévisé de jeudi. Les acteurs seront dans leur rôle. Dans ce théâtre que vous connaissez bien, ils auront 100 minutes pour convaincre … le pouvoir en place du bien-fondé de cette primaire inédite, et surtout les Français. C’est un exercice délicat, il doit être socialiste sur le fond et se démarquer sur la forme, suggérer une volonté collective et révéler des aptitudes individuelles … C’est le prisme de l’image !

  3. topaz dit :

    Politique week-end « riche » sera éclipsé, mais il est des timing à respecter … Espérons que l’atypique en vaudra le détour et sera positif.

  4. topaz dit :

    Excellent choix Claire Chazal, même si dimanche oblige. 20 ans de JT contre 25 ans de vie politique, le courant devrait passer et éclairer les quais !