On danse sur un volcan

par · 21 septembre 2011

 

Mais quand nos élites médiatico-politiques vont elles saisir que nous courons à la catastrophe ? La Grèce étranglée, dans l’impossibilité de rembourser. L’Italie dégradée. L’Espagne, le Portugal arrêtés. L’Euro craque de toute part, l’Europe flirte avec la récession. Le FMI pense qu’il y a une chance sur trois que les Etats-Unis fassent de même. Les indignés sont dans les rues et les banques dans le rouge. Et l’on va d’un fait divers à un commentaire, fascinés par l’affaire DSK, Chirac, Bettencourt, Guerini, obsédés par les demi phrases, cherchant avec une jubilation morbide à se moquer de tout. Insouciants au drame qui vient. Mais mes pauvres amis, il ne sera pas seulement question d’économie, cela débouchera sur des bouc émissaires et autres tentations nationalistes. Les historiens qui se demandent comment les sociétés ont été aveuglées dans l’avant guerre en 1913 ou en 1939. Ils ont sous leurs yeux cette irrésistible et insouciante envie de danser sur le volcan. Pendant que nos gouvernants repoussent devant eux les problèmes de peur de déranger nos élites qui s’amusent et nos peuples qui s’inquiètent. Le ciel s’assombrit jour après jour et les marchés, canards sans tête, courent en tous sens.

catégorie Ecrits, Expressions

Les commentaires3 Commentaires

  1. naïfouréaliste dit :

    L’immixtion américaine dans la vie politique européenne
    Les Etats-Unis sont en guerre économique et financière avec l’Europe. Madame Parisot a tout à fait raison, les coups tordus, les spéculations des fonds Américains ne sont pas un hasard.
    Les spéculations contre les banques françaises en sont un exemple frappant.
    Les Etats-Unis n’ont pas cessé de s’immiscer dans la vie politique européenne depuis 1945 pour favoriser l’élection de candidats favorables ou manipulables.
    Il ne faut donc pas s’étonner que, dans cette situation de conflit, les Dirigeants européens soient ligotés, ainsi qu’une bonne partie des élites financières.
    Les chiens chiens de l’Amérique aboient mais obéissent, ils ont trop à perdre.

  2. topaz dit :

    Finalement c’est vous qui devriez être candidat à la primaire socialiste ! L’ombre du soir n’est pas seulement exposée à la pinacothèque de Paris, elle plane aussi sur nos têtes …

  3. topaz dit :

    Ecellent titre, excellente analyse, Camba, qui devrait trouver un écho et un consensus dans la France politique responsable. L’est-elle ? Le sera-t-elle jamais ? L’activisme du volcan risque bien d’engloutir la fuite en avant des peuples et l’absence de réactivité de ceux qui les dirigent.