FIllon, Juppé sur les rangs !

par · 1 octobre 2011

La majorité socialiste au Sénat change tout. Le spectre de la défaite totale hante la droite. La gauche déjà majoritaire dans les collectivités locales aujourd’hui au Sénat et demain à l’Assemblée ? A la présidence de la république ? La droite sans un seul levier de pouvoir ? On s’inquiète dans la droite économique. D’autant que les sondages ne sont guère encourageant. Sarkozy plaide pour lui. Demain se sera la comparaison et il est prêt à relever le gant. D’ailleurs ne multiplie-t-il pas les initiatives en politique étrangère pour marquer sa supériorité. Mais voilà plus personne ne le croit, alors les affaires se multiplient affaiblissant un peu plus l’hôte de l’élysée. La candidature Borloo va définitivement – si elle intervient – l’enterrer. Alors Fillon tout en soutenant Sarkozy s’avance. Et immédiatement Juppé répond si il n’y va pas pourquoi pas moi. Copé qui n’a pas su garder le Sénat portera à droite cette infamie.

La droite s’interroge à haute voix. Faut-il garder Sarkozy ? Difficile de le débarquer. Président sortant il campe sur l’inertie des institutions. Et le précédent de Giscard démontre que même plombé par l’affaire des diamants et l’hostilité de Chirac il se présenta. L’automne risque d’être chaud pour Sarkozy. Il ne se bat plus pour être réélu mais pour être candidat…

La gauche aurait tord de se rejouir trop vite. Soit Sarkozy jette l’éponge et nous serons face à une nouvelle donne qui unira les droites. Soit sarkozy sera candidat et cela voudra dire qu’il aura surmonté l’automne meurtrier. Voilà pourquoi les primaires à gauche doivent accoucher d’une solide alternative. La France a besoin de changer mais le changement a besoin de crédibilité et de volonté.

Les commentaires1 Commentaire

  1. topaz dit :

    La droite s’interroge à haute voix, la gauche se cherche à voix basse … Après son printemps meurtrier l’automne s’annonce chaud … pour le PS aussi ! La présidentielle 2012 n’est plus une compétition droite-gauche au sens historique, elle est un réel défi pour celui ou celle qui sera élu (e). Il va falloir assurer et le relever ce gant …