Le retour à la case Bayrou

par · 3 octobre 2011

Alain Juppé dans son émission sur France 2 suggérait que le seul centriste était François Bayrou. André Vallini commentant le retrait de Jean-Louis Borloo sur LCI indiquait hier que François Bayrou était le seul centriste. Je ne sais pas si les deux assertions sont habiles, mais elles illustrent que la politique ayant horreur du vide, le jet de l’éponge de Jean-Louis Borloo profite à l’homme du 18… %. Il s’est « rabiboché » avec Nicolas Sarkozy tout en continuant à caresser la gauche raisonnablement raisonnante. Dans un espace orphelin de Borloo et DSK, il ne faudra pas trop le pousser pour exister. La multiplication des affaires font les siennes. Il n’est pas certain que cela fasse seulement le jeu du Front National. Comme les français ne voient malheureusement pas en quoi la gauche peut faire mieux que la droite, le pareil au même nous pend au nez. Et si la dite gauche n’offre que le cercle de la raison, là où un DSK dominait un espace bleu/rose/vert, nous risquons d’être dominés. D’autant que la presse va chercher avec entrain son 3ème homme. Il suffit de voir comment dans les primaires ce fut d’abord Ségolène Royal puis aujourd’hui Arnaud Montebourg. Cette élection présidentielle est bien incertaine quant à ses acteurs et à son issue. Une fois de plus, il faut un candidat ou une candidate qui assure au premier tour et rassure au second. C’est la dernière ligne droite pour le faire avec Martine Aubry.

Les commentaires2 Commentaires

  1. Patrick P. dit :

    Il est fort probable que le centriste « ni droite, ni gauche » Bayrou pourra, au premier tour, voler des voix à la droite umpiste mais aussi à tout candidat réputé de « centre gauche ». Bayrou ne sera pas au second tour mais il serait utile que le candidat socialiste y soit, en ayant de surcroît obtenu un très bon score au tour précédent. Autant que celui-ci (ou celle-ci) soit, tout en étant crédible, franchement progressiste.

  2. SAILLANT Jean Louis dit :

    Il faudrait que tu demandes à tous ceux et celles qui s’apprêtent à voter pour François Hollande, si F.H n’assure pas au 1er tour et s’il ne rassure au 2ème. En fait, c’est juste une question de personnalité. La politique ne peut rien répondre à cela.
    Nous ne sommes pas dans la configuration d’un congrès du PS, si tu vois ce que je veux dire, mais dans celle d’une élection présidentielle, dont il faudra bien un jour se débarrasser.
    En toute amitié.