Meeting à Wattrelos puis Roubaix, diffusion devant La Redoute

par · 4 octobre 2011

Jean-Christophe Cambadélis, député et secrétaire national du PS à l’Europe et aux relations internationales, était à la sortie de la Redoute hier, pour promouvoir la candidature de Martine Aubry.

« Venir soutenir Martine à la Martinoire, ça me semble normal non ? », plaisante le député-maire Dominique Baert. À ses côtés, son « ami » Jean-Christophe Cambadélis, venu tout spécialement de Paris pour distribuer des tracts. Et l’emplacement n’a pas été choisi au hasard. La Redoute, c’est 2 400 salariés et la plus grosse entreprise de Wattrelos. Stratégique.

« Deux parlementaires, devant cette entreprise, ça montre bien que nous sommes à la reconquête du milieu ouvrier, se réjouit Jean-Christophe Cambadélis. Et puis, faire campagne ici, près de Lille, c’est un peu jouer à domicile ! » Depuis des semaines, il tourne ici ou là pour mettre en avant la candidature de sa championne Martine Aubry. « Nous devons expliquer en quoi elle est mieux que les autres pour nous offrir une alternance à la sinistrose de Nicolas Sarkozy, poursuit-il. Elle s’est préparée en préparant le Parti socialiste à cette campagne, à son projet. » Vers 17 h 45 hier, peu de monde à la sortie de l’entreprise pour prendre un tract. Mais qu’importe ! L’essentiel est d’être vu, et que le bouche-à-oreille s’occupe de répandre la nouvelle. Après une trentaine de tracts remis aux salariés, Jean-Christophe Cambadélis remonte dans sa voiture. Aujourd’hui, il est à Paris. Le vote a lieu dimanche.

FÉLIX PENNEL – Lire l’article sur la site de Nord Eclair

Les commentaires2 Commentaires

  1. topaz dit :

    Dans cette finale de primaire -qui aurait eu lieu à deux- DSK aurait placé le curseur ailleurs, là où ça fait mal et là où il y a urgence, dans les mouvances du XXIe siècle. De Gaulle et Mitterrand n’étaient pas des anges, mais ils étaient de la race des grands hommes qui ont fait l’Histoire. « Les temps ont changé. L’heure des grands hommes est sans doute passée » et l’ENA ne fabrique pas de président.

  2. topaz dit :

    Vous faîtes le job, Camba. DSK aussi l’a fait en 2007.
    Pas de candidature idéale dans ce scrutin de dimanche. Aubry trop à gauche, Hollande trop « normal », Ségolène trop « out », DSK trop et tellement absent … Comment vont se comporter les vrais militants, les encartés, ceux qui croient en leur parti ? Comment vont voter les sympathisants, moins concernés mais sollicités ? C’est la grande inconnue de dimanche, l’épilogue dans le suspence du feuilleton socialiste de l’été dont les Français se seraient bien passés. Dans ce bel automne, ce n’est hélas pas l’été indien de la politique !