L’axe Valls – Hollande peut-il être majoritaire au 2e tour ?

par · 10 octobre 2011

Les résultats de la primaire réussie sont là. Il y a 8 points de différence entre François Hollande et Martine Aubry. Sur 2 500 000 votants, c’est peu. C’est à ce moment où Manuel Valls qui a fait une bonne campagne – mais un peu à droite de l’électorat des primaires – appelle à voter pour François Hollande créant un axe de fait. Est-ce que ce regroupement avec le tenant de la TVA sociale, celui dont Arnaud Montebourg disait qu’il était déjà à l’UMP, est-ce que cet attelage peut convaincre les électeurs de Arnaud Montebourg ou ceux de Ségolène Royal ? Cela semble peu probable. Alors au-delà de l’arithmétique, la politique se voit sur les visages. François Hollande est trop bas pour « plier » le match et trop soutenu par Manuel Valls pour attirer le vote de gauche. Cette primaire réputée pliée est une primaire totalement ouverte en son second tour.

Les commentaires5 Commentaires

  1. topaz dit :

    Aux 17 millions de déçus 2007 succèdent 17 % en suspension des 4 millions Copé qui vont contribuer à désigner le challenger de N. Sarkozy. Contribuer seulement, car ces 17 % ne s’ajouteront pas aux 31 ou 39. Ils vont s’éparpiller ou s’évanouir dans l’abstention. A. Montebourg veut un chemin pour ses idées, une rupture, un deal offensif sur des points précis. Son cheminement épistolaire est rusé, déterminé et transparent. Pas certain qu’il donne une consigne de vote orale. Il laissera à ses électeurs le libre-arbitre et soutiendra le ou la finaliste.

  2. Olivier75 dit :

    M. le Député, maintenant vous vous dites proche de l’axe Aubry-Hamon et de la démondialisation d’Arnaud Montebourg.

    Autrefois, vous étiez un des plus proches de DSK avec qui Martine Aubry a signé un pacte qui trouvait ridicule de défendre la retraite à 60 ans.

    Où est , M. le Député, où est votre cohérence idéologique ?

    Est-ce juste de vouloir à tout prix le pouvoir ?

    Amitiés socialistes

    PS : Vous comprendrez le ton vif de ma question, je suis militant socialiste, on sait débattre et après tout, « on n’est pas des chochottes »…

  3. SoDem dit :

    Analyse logique et juste. Malheureusement, le commentaire de Jean Louis Saillant explique bien le problème. Les sondages donnent un avantage à Hollande sur Aubry face à Sarkozy. Et pour beaucoup c’est l’élément le plus important. Mon épouse a voté Hollande uniquement pour ça. Elle m’a affirmé qu’elle se porterait sur Aubry au second tour mais beaucoup resteront dans cet optique.

    Globalement les gens de gauche veulent plus de gauche mais ils se contentent du service minimum pourvu que Sarkozy soit viré. Erreur énorme car si cette gauche molle est élue en 2012, Hollande aura 25% de cote de popularité au bout de 6 mois et en 2017 on se reprendra la droite.

    Un mot sur Montebourg. On va voir s’il est aussi droit qu’il le dit. Il n’aime pas Aubry mais peut il rejoindre Valls pour des considérations personnelles et rejeter ses grands principes? S’il le fait il va passer pour un guignol.

    Enfin, juste pour répondre à Ulysse, je ne partage pas votre position. Quand on n’a pas le choix de son candidat il faut rechercher celui qui en est le moins éloigné. Avec Hamont et bien d’autres l’équipe de Martine Aubry me semble plus socialiste

  4. Jean Louis SAILLANT dit :

    Qu’est-ce que c’est cette analyse? Ce n’a pas été un vote interne au PS. Ca a été une primaire citoyenne. Autrement dit, il n’y aura pas de magouilles d’appareil, les reports se feront en fonction de la seule question qui vaille: qui est le(a) plus à meme de gagner la présidentielle et battre N.Sarkozy. François Hollande, et les forces qui le portent, sont les plus susceptibles de l’emporter. Son contrat de générations a su toucher le plus grand nombre. Qu’est qui sépare M.Valls de L.Fabius? Pose la question à tes deux autres mousquetaires…!

  5. Ulysse dit :

    En même temps, cher Jean-Christophe, de nombreux votants pour Arnaud – dont je suis – n’iront tout simplement pas voter au second tour ni pour l’un, ni pour l’autre… Alors l’arithmétique…