[Verbatim] L’invité de Elysée 2012 sur Itélé

par · 11 octobre 2011

Jean-Christophe Cambadélis était hier soir l’invité de i>télé, voici le verbatim, la vidéo est à venir:

« Les primaires ? »

« C’est un grand succès pour la démocratie et la gauche ».

« Hollande est-il rattrapable ? »

« Aujourd’hui tout est possible ! Les électeurs ont non seulement démenti les sondages. Ils ont fait preuve d’une grande maturité et d’une grande liberté malgré le matraquage des sondages et des Unes de journaux. Il y a une majorité pour le vrai changement. Martine est la seule a être dans ce 2e tour le débouché à cette aspiration ».

« Le ralliement de Jean-Michel Baylet à François Hollande ? »

« Ce n’est pas inattendu mais avec Manuel Valls, ça commence à faire beaucoup ! Je ne suis pas sûr que ces soutiens ne compliquent pas la tâche de François Hollande qui a urgemment besoin des voix venant de la gauche de l’électorat des primaires ».

« Arnaud Montebourg est-il hostile à Martine Aubry à cause de Jean-Noël Guerini ? »

« Vous savez lorsqu’il était porte parole de Ségolène Royal, Arnaud disait « Ségolène Royal n’a qu’un seul défaut… c’est François Hollande. » Il a beaucoup de talents. Mais il est fâché avec beaucoup de monde ».

« Des tractations avec lui ? »

« Martine a des contacts avec tout le monde. Mais son vrai contact, il est avec les Français. Et surtout cette majorité de gauche dans les primaires, qui veut la justice en reprenant en main les banques et la finance, qui veut la protection en réorientant vers le juste échange l’Europe pour qu’elle défende nos emplois et nos entreprises, elle veut la morale face à la toute puissance de l’argent, et enfin il faut moins changer DE République que changer LA République ».

« Ségolène Royal ? »

« C’est triste pour elle et pour tous ceux qui ont investi leur énergie dans ce combat (…) on peut être en désaccord politique et rester humain (…) c’est aussi cela le Parti socialiste, le débat et la fraternité. C’est valable aujourd’hui pour Ségolène Royal comme demain pour François Hollande ».

Les commentaires5 Commentaires

  1. topaz dit :

    Le Général De Gaulle était un grand homme, par la taille et dans l’histoire de la France. Nicolas Sarkozy n’est ni l’un, ni l’autre. Le Général qui respectait les hommes et les idées aurait probablement salué cette primaire … militante et militaire.

  2. Patrick P. dit :

    C’est toujours le même rituel du « troisième homme » : Il sait qu’il ne sera pas élu mais il s’autorise un tour d’honneur après le premier tour jusqu’à ce que les projecteurs médiatiques s’éteignent sur lui. Mais Montebourg n’est pas Bayrou (l’hyper-centriste). Le camarade Arnaud est socialiste, il choisira avant le second tour.

  3. topaz dit :

    « Des primaires contraires à l’esprit de la République » … On sait que la diplomatie n’est pas le point fort de notre président, mais, par ces mots, il résume quelque part le « too much » de la droite qui n’en peut plus de ces primaires qui occupent tout l’espace, dans les médias et dans l’intérêt des Français. Qui saurait résumer Merkel/Sarkozy d’hier ?

    F. Hollande sur TF1 – « J’ai vocation à être le candidat du PS » – Il oublie juste l’humilité d’ajouter si le 16 la gauche qui se déplacera pour voter m’accorde sa confiance. La crédibilité, l’espérance, être solide et sincère, tout le monde est d’accord et c’est bien l’objectif, mais quid du fond ?
    F. Hollande s’est beaucoup préparé, longtemps avant les autres. Il a été bon dans la pré-campagne, il semble dévisser ou ne plus trouver les bonnes marques.

  4. topaz dit :

    virtuel

  5. topaz dit :

    Dans cet entre-deux tours à couteaux sortis, une phrase célèbre de son non moins célèbre auteur « le changement réel plutôt que le discours vituel » est plus que jamais d’actualité.
    F. Hollande va jouer la carte du meilleur pour battre Sarkozy, il va le dire et le répéter. Martine Aubry devrait se placer sur le terrain des idées … nouvelles, riches et surtout applicables. C’est aux Français demain soir de faire le constat implicite et évident que, finalement, c’est elle qui peut le mieux rassembler et qui est mieux armée pour que la gauche gagne. C’est à ce prix qu’elle évacuera le syndrome de la dame des 35 heures, qui lui colle encore trop à la peau. Et surtout qu’elle conserve son ton (adouci) des derniers moments de la campagne.