[Verbatim] Jean-Christophe Cambadélis au JT 20h sur France 2

par · 12 octobre 2011

« D’abord tous les deux sont des très bons. Ils feront l’un ou l’autre une belle présidence. (…) Martine Aubry c’est la gauche d’après crise. Plus fiable ! Plus équitable ! plus durable ! (…) C’est une femme de caractère, dotée d’une grande générosité et d’un très grand sens moral (…) plus consciente de la compétition internationale, de la nécessite de réorienter l’Europe (…) plus volontaire sur la finance et les banques (…) pas de désaccord sur le départ en retraite à 60 ans entre elle et François Hollande (…) elle est plus protectrice dans le domaine social et environnemental (…) sur les déficits, elle veut éviter un avenir comme la Grèce. Elle ne met pas tout sur le désendettement comme le fait François Hollande. Elle veut éviter la récession (…). Martine est une femme de caractère là où François est habile. »

Les commentaires7 Commentaires

  1. topaz dit :

    Martine Aubry a raison, dans cette dernière ligne droite, de ne se laisser détourner de sa route par rien, ni par personne. C’est à son parti, à ceux et celles qui le composent, aux sympathisants et aux soutiens de prendre leurs responsabilités. L’heure est grave et elle engage 5 longues années. Sont-ils prêts à prendre le risque de reproduire en 2011 l’erreur de 2006 ? Hollande/Ségolène portés par les sondages mais pas porteurs donc vulnérables. En politique comme dans la vie on n’a pas toujours ce que l’on voudrait, mais on fait du mieux qu’on peut avec ce que l’on a. Jospin va parler après le 16 … pour quoi faire ? Montebourg va se faire de la pub, les affaires en cours une brève, mais il reste deux jours pour faire le bon choix d’une gauche qui gagne et qui dure face une droite dure et, pour paraphraser Moscovici, attention de ne pas se tromper de candidat, parce que l’adversaire on le connaît déjà.

  2. topaz dit :

    Il est le candidat de la défection qui aurait été balayé au premier tour de la primaire dans la chronologie prévue. Est-il vraiment le bon cheval ?

  3. topaz dit :

    Martine Aubry a muri sa décision. Elle ne se dit pas aujourd’hui que c’est son heure. Elle se dit qu’elle peut « être utile à son pays ». Elle le dit tranquillement mais fermement, alors que son adversaire « hurle » dans son dernier meeting et qu’il se dit certain de gagner. Elle lance ses dernières forces et convictions dans la bataillle. Les 35 heures, la polémique et le pacte, c’est le passé, c’est une histoire dépassée. Le présent et ses engagements c’est une histoire qui commence et qui engage. Elle est de cet acier trempé, qui l’a façonnée et rendue solide. François Hollande s’est re-construit sur un vide, il a été porté par une absence, il est le candidat de l

  4. topaz dit :

    Bonne intervention de Christophe Borgel sur le plateau de LCI.

    Dans la bouche de François Hollande, le mot « rassemblement » revient en boucle. Mais a-t-il su rassembler son parti lorsqu’il était premier secrétaire ? Non, de congrès en congrès, de synthèses à petits pas, le PS sous sa houlettte qui a duré dans le temps n’a jamais été aussi divisé et désuni, désarmé face à la droite.
    Hier 6 millions de Français ont découvert une nouvelle Martine Aubry. Qu’a-t-elle fait depuis 2008 ? En seulement 3 ans un travail de titan, un défi que peu au PS auraient été capables de relever. Elle, elle l’a fait. La gauche ne peut qu’en faire le constat. C’est pourquoi dimanche il n’est pas impossible que les électeurs lui confient une nouvelle mission, parce qu’ils croient qu’elle peut la mener à bien et la réussir.

  5. topaz dit :

    C’est très curieux la perception et le ressenti d’une même émission. Certains journalistes politiques aguerris disent « match nul » mais prennent en compte l’avance, les sondages, les soutiens, et émettent un pronostic … qui influence l’opinion. Mais cette opinion n’est plus celle de novembre 2006, parce qu’elle n’est pas quantifiable. Je crois que ce soir Martine Aubry a donné envie à de nouveaux électeurs proches des valeurs de gauche -qui ne se sont pas déplacés le 9- d’aller voter le 16 précisément parce qu’ils ne sentent pas François Hollande taillé pour le poste. Donc rien n’est joué. Et si c’était elle ?

  6. topaz dit :

    Précise et proposante sur l’éducation et la jeunesse, une claque à F. Hollande sur son cheval de primaire.
    Je ne sais pas qui l’a « coachée » mais elle s’en est très bien sortie, avec une maîtrise d’elle-même et de ses sujets. Une bonne conclusion.
    L’exercice n’était pas facile. Ce soir Martine Aubry m’a impressionnée et François Hollande consternée. Plus il engrange de soutiens, moins bon il est. Le choix de Ségolène non plus n’a pas dû être facile. Elle a perdu en politique, elle ne veut pas perdre aussi sa famille. Ce ralliement supplémentaire n’est pas un handicap pour Martine Aubry.

  7. topaz dit :

    Avant d’écouter les commentaires, ce soir, très net avantage Aubry. Le ton juste, du fond, un raisonnement, de nombreuses références à l’étranger, au PSE, un argumentaire, une stature même … Martine Aubry a gagné son pari et mérite d’être challenger de N. Sarkozy.
    F. Hollande nous a développé une juxtaposition de mots et de jeux de mots, de généralités et de banalités, du vague et du flou.