ETA a annoncé l’arrêt définitif de ses activités armées

par · 21 octobre 2011

ETA a annoncé l’arrêt définitif de ses activités armées et a enfin admis, le 20 octobre 2011, la réalité démocratique de l’Espagne.

Les Espagnols et plus particulièrement ceux du Pays basque vont enfin pouvoir débattre, défendre leurs idées et leurs programmes quels qu’ils soient en toute liberté et sécurité.

Le Parti socialiste se félicite de cette victoire de l’Etat de droit mais tient à saluer la mémoire de tous ceux qui sont tombés: ils sont plus de 800 morts victimes de l’intolérance et de l’aveuglement. Il transmet ses félicitations au gouvernement espagnol et plus particulièrement à celui qui a eu la responsabilité comme ministre de l’intérieur de mener la bataille finale contre ETA, Alfredo Pérez Rubalcaba.

Le Parti socialiste tient à rappeler que cette victoire des démocrates est aussi le résultat de la coopération antiterroriste exemplaire engagée par la France depuis la présidence de François Mitterrand avec les autorités espagnoles.

catégorie Europe, Parti Socialiste

Les commentaires1 Commentaire

  1. FEVRIER Laurence dit :

    Bonjour,
    Je viens de prendre connaissance de votre communiqué sur ETA, je consulte régulièrement le site du P.S., comme beaucoup d’adhérents. Je suis un peu désolée de son contenu. J’espère que le P.S. national va vraiment s’appuyer sur le PS local et la gauche basque pour mieux analyser la situation. Ceci afin d’éviter de soutenir des centaines de situations répressives et abusives envers les basques.
    L’arrêt de la violence d’ETA, est tellement souhaité depuis longtemps par les basques eux-mêmes, y compris ceux qui veulent un pays basque libre et indépendant. Ce n’est pas une victoire du gouvernement espagnol, mais le lent résultat d’un dialogue de persuasion entamé depuis des années entre les militants (sud et nord) pacifiques et politiques de la cause basque. Car il y en a une, il ne faut pas la nier. La coopération des Etats français et espagnols a engendré beaucoup d’erreurs de jugement, d’emprisonnements infondés, des comptes bloqués, y compris des livrets A d’enfants de 5 ans etc….des gardes à vues de centaine de personnes au Pays basque nord de 15 à 85 ans, sans preuves, ni raisons officielles. Bref du matracage qui n’a fait qu’envenimer la situation, et repoussé toujours de vraies négociations entre basques de tous bords. Une pensée effectivement pour les victimes, 800 d’un côté et combien de l’autre ? sujet complexe, alors soyons modestes et surtout justes.